Kirishima sait (aussi) chanter...

   Beaucoup de lutteurs de sumô, contrairement à leur apparence rude, sont de bons vivants et bons comédiens, et s'exhibent volontiers en train de danser ou de chanter.  A première vue, Kirishima, avec sa mine apparemment austère, semble se démarquer d'eux sous cet angle, mais, en réalité, il est débordant d'humour et s'avère assez doué pour amuser la galerie.

   Les deux morceaux suivants sont téléchargeables sur notre site en format mp3.
   Quand les deux fichiers autoexécutables sont ouverts simultanément, il peut surgir un conflit d'adresse sur la mémoire vive.  Pour éviter cet incident, il est conseillé de fermer le premier fichier (après l'avoir sauvegardé en cas de besoin) avant de télécharger la seconde.
Retour à la page principale
  • Kirishima à son banquet de mariage (1,1 Mo)

  •    Kirishima a chanté cette chanson le 14 février 1987, à son banquet de mariage avec Naoko (au restaurant Suehiro, Ginza, Tôkyô).  Il avait alors vingt-sept ans.
    Otoko no kata to senaka ni wa
    Mukashi no kage ga yurete iru.
    Koi mo namida mo kanashimi mo
    Dare ni mo ienai kizu-ato mo
    Yura yura yura
    Tomari-gi yurete
    Gurasu no soko ni, asu no hi ni
    O-mae wa sonna otoko no sugata
    Kizukanai-kedo.

    Otoko no mune no oku no oku
    Sono toki-doki no yume ga aru
    Kako mo mirai mo bon.yari to
    Wasurete shimau toki ga aru.
    Yura yura yura
    Tabako no kemuri
    Mitsumeteru ai ni yume ga aru
    O-mae no namari, kaori no naka de
    Yasuragi mo aru.

    Traduction :

    Un homme loge sur ses épaules et dans son dos
    Des ombres du passé qui vacillent derrière lui
    Des amours, des larmes, des drames
    Des cicatrices qu'il ne saurait montrer
    Tout cela vacille, vacille, vacille...
    Les choses vacillent sur leur socle
    Dans le fond du verre, à la lumière du lendemain incertain
    Tu ne dois pas te rendre compte
    De toutes ces incertitudes qui habitent un homme

    Un homme cache en son coeur, bien profondément enfouis,
    Des rêves qui se relaient à chaque moment
    Il a des instants où il oublie dans le vertige
    Le passé et le présent.
    Tout cela vacille,vaciille, vacille...
    Comme la fumée de la cigarette
    Il nourrit des rêves sur l'amour qu'il contemple
    Baigné dans tes paroles, ton parfum
    Il lui arrive aussi de se laisser bercer...
     
     

  • Kirishima, le jour de sa retraite (305ko)
  •    Kirishima a chanté cette chanson le jour même de sa retraite, le dernier jour de  la saison de mars 1996, à la party clôturant la saison, devant ses supporters.  Il avait préalablement annoncé publiquement sa décision par les propos suivants : "Kiryoku ga naku nari, intai wo ketsui shimashita."(J'ai perdu ma résistance morale. J'ai donc décidé de me retirer.")

    A entendre ces paroles, on ne se douterait jamais de l'émotion contenue en arrière-plan aussi bien chez l'intéressé lui-même dans cette situation dramatique que chez bon nombre de ses supporters et admirateurs...
    La fermeté de ses paroles révèle bien la force prodigieuse de la détermination de Kirishima : le détachement dont il fait preuve malgré tout le courage qu'a exigé de lui cette décision (qu'il regrette de toute son âme), témoigne d'une force de caractère peu commune pour ainsi dire surhumaine.
     

    Yume darô to utsutsu darô to
    Wa ga jinsei ni kui wa nai.

    Traduction :
    Que ce soit un rêve ou que ce soit la réalité,
    De ma vie, je n'ai pas de regret.

    Retour à la page principale