Nouvelles de la Michinoku-beya
(archives)
 
 
 
 
 



Archives     2000-2003         2004-2006         2007-2008         2009-2010         2011-2014        2015-2017  

 
 
 
 
 
 

Dernières nouvelles de décembre 2003

(au 24 décembre)
Ci-dessous le banzuke pour le basho de janvier 2004.

Maegashira 8-o         Jûmonji
Jûryô      1-e         Toyozakura

Makushita  6-e         Ryûhô
Makushita 15-e         Kirinoumi
Makushita 29-e         Hakuba
Makushita 50-o         Kirinowaka

Sandanme   2-e         Kirinofuji
Sandanme   6-o         Hoshitango
Sandanme  53-o         Yamaryû
Sandanme 100-o         Tosa

Jonidan   22-o         Kirizakura
Jonidan   30-o         Kirinishiki
Jonidan   64-o         Sakurajima
Jonidan   83-e         Kirimiyama

Jonokuchi  6-e         Kirinobori
Jonokuchi 12-e         Kirimaru
Jonokuchi 13-e         Tenshin

Ce classement semble plus sévère encore que de coutume.  On est frappé de voir Toyozakura retomber en jûryô (pour un demi-cran de différence),  Kirinofuji et Hoshitango chutant en sandanme.  Côté positif,  la progression s'avère assez décevante dans l'ensemble : Kirinowaka est le seul à occuper son rang maximal (mais se trouve à la même place qu'il avait déjà atteinte six basho plus tôt); Jûmonji se maintient tant bien que mal dans les crans moyens de la catégorie des champions, Ryûhô, Kirinoumi et Hakuba occupent une position élevée dans le makushita; Yamaryû et Tosa retrouvent leur catégorie, mais restent bien loin de leur niveau le plus élevé.
 
 

Dernières nouvelles de novembre 2003

(fin novembre)
Dans la presse de ce mois
Par ci par là des références à Toyozakura qui vient de faire son entrée dans le maku-uchi.  Différentes photos (dans la revue Sumô) et un tableau plus sérieux donnant l'ensemble de ses combats depuis ses débuts (dans la revue Oozumô).  Egalement un court article sur Ryûhô qui avait fait ses premiers pas en tant que jûryô il y a un an (Oozumô).

(au 25 novembre)
Ci-après les résultats du basho dans l'ordre du classement.

Jûmonji (maegashira 10-e)   8-7    kachikoshi
Toyozakura (maegashira 14-e)  6-9

Ryûhô (makushita 11-e)     4-3    kachikoshi
Kirinofuji (makushita 20-e)   0-1-6   absent (avec 1 perte par défaut)
Kirinoumi (makushita 23-o)    4-3    kachikoshi
Hoshitango (makushita 39-o)   1-6
Hakuba (makushita 52-o)     5-2    kachikoshi

Kirinowaka (sandanme 4-o)    4-3    kachikoshi

Kirizakura (jonidan 7-o)      3-3-1    (une perte par défaut)
Kirinishiki (jonidan 12-e)    3-4
Yamaryû (jonidan 17-o)     6-1    kachikoshi
Tosa (jonidan 41-o)        5-2    kachikoshi
Kirimiyama (jonidan 64-o)     3-4
Kirinobori (jonidan 106-o)    2-5

Sakurajima (jonokuchi 5-e)    5-2    kachikoshi
Kirimaru (jonokuchi 11-o)     3-1-3
Tenshin (jonokuchi 15-e)      3-4
 

Ce qui donne, par ordre de résultat :
6-1    Yamaryû
5-2    Hakuba   /   Tosa   /   Sakurajima

8-7    Jûmonji
4-3    Ryûhô   /    Kirino-umi   /   Kirinowaka

6-9    Toyozakura
3-4    Kirinishiki   /   Kirimiyama   /   Tenshin
3-1-(3abs.)    Kirimaru
3-3-(1abs.) (dont une perte par défaut)    Kirizakura

2-5    Kirinobori
1-6    Hoshitango
0-1-6  Kirinofuji (absent avec une perte par défaut)
 
 

(au 5 novembre)/(7 novembre)
Le basho de Kyûshû commence dans quatre jours, le dimanche 9 novembre (dans la ville de Fukuoka).  Tout le monde semble d'applomb.  Toyozakura, dont ce sera le premier basho en tant que champion du maku-uchi, a droit à un petit clip de présentation sur le site de l'Association du Sumô.
Signalons que Kirimaru sera absent au basho pour cause de maladie : il vient d'attraper une pneumonie !
Les résultats du basho seront mis à jour quotidiennement dès leur sortie, dans le tableau du basho de Kyûshû.

Calendrier

  • Apparition de Michinoku en tant que commentateur  le lundi 10 novembre (jour 2) sur NHK (chaînes Sôgô, Highvision et Satellite), à partir de 16 heures

  • * Nishikijima (ex. Shikishima) est exempté de commentaire à la télévision en raison de ses obligations d'organisateur durant le basho.
     
     

    Party de clôture du basho

    La réception terminant le basho (senshûraku uchiage party) aura de nouveau lieu à l'Hotel See Hawk & Resort, qui se trouve dans la zone de See Hawk's Town de Fukuoka (à proximité du Fukuoka Dôme), à partir de 19 heures, le dimanche 23 novembre.  L'entrée est libre moyennant un droit d'accès de 15000 yen (donnant droit notamment à un riche buffet et boissons à volonté).

    Après le basho
    Après la semaine de repos à la fin du basho, la petite communauté fera un séjour d'une quinzaine de jours au pays natal du oyakata, à Makizono, où différentes manifestations seront organisées pour l'occasion (entre le 1er et le 14 décembre).  Se renseigner auprès de la mairie sur le calendrier et les possibilités de participation.
    Le retour à Tokyo n'est prévu que pour le 16 décembre.
     
     

    Dernières nouvelles d'octobre 2003

    (au 27 octobre)
    Nomination de Toyozakura dans le maku-uchi et parution du nouveau classement pour le basho de novembre

    La nomination tant attendue de Toyozakura est enfin officielle :  il est classé maegashira 14-est.  La nouvelle est rapportée par la presse qui souligne qu'il se situe au troisième rang de lenteur pour le temps qu'il lui aura fallu pour atteindre le maku-uchi.  Mais en fait combien y-a-t-il de lutteurs qui parviennent réellement jusqu'à ce stade, en se détachant de l'énorme masse de tous ceux qui restent anonymes tout en persévérant de façon ingrate jour après jour, année après année ?  Toyozakura a eu à surmonter biens de blessures pour en arriver jusqu'ici.
    Ci-dessous un des messages qui vient de nous parvenir ce matin :

    "Il y est arrivé !  Enfin !
    Le banzuke est enfin sorti :  c'est écrit noir sur blanc pour Toyozakura.  Vraiment, ça fait plaisir !  C'est un grand soulagement.
    J'espère qu'il arrivera à tenir aussi longtemps que possible dans le maku-uchi."


    Après cette grande nouvelle, voici ci-dessous le contenu du nouveau banzuke, qui semble être plus sec que de coutume pour les make-koshi :

    Maegashira 10-e        Jûmonji
    Maegashira 14-e        Toyozakura (rang maximal atteint)

    Makushita 11-e         Ryûhô
    Makushita 20-e         Kirinofuji
    Makushita 23-o         Kirinoumi
    Makushita 39-o         Hoshitango
    Makushita 52-o         Hakuba

    Sandanme   4-o         Kirinowaka

    Jonidan    7-o         Kirizakura (rang maximal atteint)
    Jonidan   12-e         Kirinishiki
    Jonidan   17-o         Yamaryû
    Jonidan   41-o         Tosa (Higonishiki)
    Jonidan   64-o         Kirimiyama
    Jonidan  106-o         Kirinobori

    Jonokuchi  5-e         Sakurajima
    Jonokuchi 11-o         Kirimaru
    Jonokuchi 15-e         Tenshin

    Remarques :

  • Seuls Toyozakura et Kirizakura sont à leur rang le plus élevé.

  • Kirinowaka est retombé dans la catégorie inférieure, ainsi que Sakurajima et Kirimaru, plus bas dans le classement.
  • Tosa reprend son vrai nom.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    (au 20 octobre)
    Plus qu'une semaine jusqu'à la parution du nouveau banzuke que tout le monde attend avec une impatience fébrile...
    Que font en ce moment les sekitori en tournée dans l'ouest ?  En guise de nouvelles, le message ci-dessous reçu aujourd'hui, pour nous aider à patienter.

    Bonjour!  Je suis une admiratrice habitant la ville de Fukuyama, département de Hiroshima.
       Aujourd'hui, je suis allée voir le basho de Kamogata dans le département d'Okayama avec trois amis.
       Dans la matinée, j'ai pu faire une photo avec Toyozakura qui sortait de sa loge (une sorte de tente) et j'ai appris qu'il était originaire de Hiroshima.
       C'est quelqu'un de vraiment naturel qui ne fait pas de manières :  durant la représentation de sumô-jinku, nous l'avions acclamé en criant "Toyozakura!" et il a réagi en faisant un petit mouvement de la main.  Au moment du dohyô-iri, il a aussi répondu à nos applaudissements avec la main, et à son retour après le combat, il a même fait un geste de victoire à notre intention.
       Nous étions d'abord déçus de nos places improvisées à même le sol recouvertes d'une bâche bleue (pour des masuseki qui nous ont pourtant coûté la coquette somme de 54000 yen pour quatre), mais avons été si heureux de voir qu'il était sensible à nos ovations.
       Je compte bien continuer à le soutenir dorénavant devant la télévision, lui qui vient de notre région (je ne sais pas comment j'ai pu laisser passer jusqu'ici le fait qu'il était de Hiroshima, alors que la NHK précise toujours les résultats des gens de la région dans les nouvelles locales; c'est vraiment impardonable de ma part!)
       La photo ci-contre le montre quand il se prépare à quitter la scène après le sumô-jinku.  Comme je me trouvais de face (regardant vers l'ouest),  la photo est à contre-jour et donc toute sombre.  Je n'ai pas pu le prendre durant son combat, ce que je regrette beaucoup; la photo était toute noire.
       Je dois ajouter que j'ai été une admiratrice de Kirishima dans ses années d'activité.
     
     


     
     

    Dernières nouvelles de septembre 2003

    (au 28 septembre)
    Selon le dernier numéro de la revue Sumô (numéro du mois d'octobre qui vient de sortir aujourd'hui), la promotion de Toyozakura dans le maku-uchi est considérée comme certaine.  Toutefois, vue l'importance de l'événement, on ne saurait se permettre de se réjouir avant d'en avoir effectivement la confirmation sur le banzuke paraissant à la fin d'octobre.

    (au 22 septembre)
    Ci-après les résultats du basho dans l'ordre du classement.

    Jûmonji (maegashira 8-o)    7-8
    Toyozakura (jûryô 2-o)   10-5    kachikoshi

    Kirinofuji (makushita 12-e) 3-4
    Kirinoumi (makushita 16-o)  3-4
    Ryûhô (makushita 20-e)   5-2    kachikoshi
    Hoshitango (makushita 28-e) 3-4
    Hakuba (makushita 41-e)     3-4
    Kirinowaka (makushita 51-o) 3-4
     

    Higonishiki (jonidan 18-o)  3-4
    Yamaryû (jonidan 41-o)    4-3    kachikoshi
    Kirinishiki (jonidan 51-e)  5-2    kachikoshi
    Kirizakura (jonidan 81-o)   6-1    kachikoshi
    Kirinobori (jonidan 89-o)   3-1-3abs.
    Kirimiyama (jonidan 93-o)   4-3    kachikoshi
    Sakurajima (jonidan 108-e)  3-4
    Kirimaru (jonidan 116-o)    3-4

    Tenshin (jonokuchi 10-e)    3-4
     

    Ce qui donne, par ordre de résultat :
    6-1    Kirizakura
    10-5    Toyozakura

    5-2    Ryûhô   /    Kirinishiki
    4-3    Yamaryû   /   Kirimiyama

    7-8    Jûmonji
    3-1 (3abs.)    Kirinobori
    3-4     Kirinofuji   /   Kirino-umi   /   Hoshitango   /   Hakuba   /   Kirinowaka   /   Higonishiki   /   Sakurajima   /   Kirimaru   /   Tenshin
     

  • On ne compte que six kachikoshi, mais tout le reste (onze personnes) s'en sort avec un score "proche" du kachikoshi avec une homogénéité remarquable et il n'y a donc pas de résultat nettement mauvais.
  • On ne peut s'empêcher de souligner les résultats exceptionnels de Kirizakura, un score qu'il atteint pour la première fois de sa carrière.
  • Toyozakura de son côté s'est distingué remarquablement à sa position élevée à deux crans du maku-uchi.  Ceci devrait lui ouvrir grand la porte de la division de tête, la dernière étape de sa carrière (sous réserve d'une place disponible, pouvant être libérée par la rétrogradation d'un lutteur de ce rang).  A l'heure actuelle, nous sommes donc face à un moment capital de suspense intense dans l'attente des délibérations du conseil de la sumô-kyôkai.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Dans la presse en septembre
    Revue NHK Stella - Oozumô chûkei :  Article de présentation de la Michinoku-beya illustré par une dizaine de photos (et notamment une belle photo sur double page réunissant la communauté dans sa totalité).
     

    (au 4 septembre / 6 septembre)
    Demain, Hoshitango fêtera ses 38 ans, juste à deux jours du basho d'automne.
    Toute l'équipe semblait d'applomb pour aff'ronter le basho dans de bonnes conditions.  Néanmoins, la veille du début du basho, on apprend avec surprise l'absence prévue pour Kirinobori.
    Les résultats des combats seront consignés quotidiennement  dans le tableau des résultats du basho de septembre.
     

    Apparitions de Michinoku en tant que commentateur

  • le lundi 8 septembre  (jour 2) pour le Digest  (TV Asahi - minuit)*
  • le mardi 9 septembre (jour 3) à la radio NHK,  à partir de 16 heures
  • *  Il s'agit ici des dernières séances de cette émission nocturne sur le sumô qui a tenu près d'un demi-siècle (diffusée depuis février 1959!).  Un flash spécial est consacré à Kirishima ce jour, comprenant notamment des extraits de son dernier combat, de sa danpatsu-shiki, ainsi qu'un combat-souvenir cité par Kirishima, qui date de l'époque même de ses débuts dans le sumô en mars 1975, à savoir celui de Takanohana I (ôzeki) l'emportant sur le massif  Kitano-umi (Kirishima fait part de ses regrets de n'avoir jamais pu affronter Kitano-umi, lequel s'est retiré juste trois basho après son entrée dans le maku-uchi en 1984.)
    Nishikijima oyakata (Shikishima) n'apparaîtra pas durant le basho (ses obligations en tant qu'organisateur du basho de Kyûshû l'appellent à Fukuoka dès le 9 septembre; pour un séjour long de trois mois, jusqu'à bien au-delà de la fin du basho de Kyûshû)

    Party de clôture du basho (21 septembre)

  • L'habituelle réception de clôture du basho (senshûraku uchiage party) aura lieu de nouveau à l'Hotel BelGrande de Ryôgoku (face à la sortie Ouest de la gare de Ryôgoku, au coin) à partir de 18 heures 30.  Entrée : 15000 yen; comprenant notamment un riche buffet avec boissons à volonté et différentes manifestations.  Avis à tout le monde.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Le groupe sera sur place à Tokyo jusqu'aux environs du 19 octobre, après quoi il s'envolera à son tour vers Fukuoka.
    Comme nouvelle accessoire, on peut s'attendre à voir prochainement sur notre chaîne européenne Arte une émission présentant  "Le sumô à travers les combats de Kirishima contre Konishiki".  La date n'en est pas encore connue.
     
     

    Dernières nouvelles d'août 2003

    (au 25 août)
    Le nouveau banzuke, pour le basho de septembre (du 7 au 21 septembre, à Tôkyô) est paru aujourd'hui :
    Pour la Michinoku-beya, il se présente comme ci-dessous.

    Maegashira 8-o        Jûmonji (-2,5)
    Jûryô 2-o             Toyozakura (+3)

    Makushita 12-e         Kirinofuji (+8,5)
    Makushita 16-o         Kirinoumi (+10,5)
    Makushita 20-e         Ryûhô (-8)
    Makushita 28-e         Hoshitango (+6,5)
    Makushita 41-e         Hakuba (-7,5)
    Makushita 51-o         Kirinowaka (+11)

    Jonidan   18-o         Higonishiki (+24,5)
    Jonidan   41-o         Yamaryû (+83)
    Jonidan   51-e         Kirinishiki (-25)
    Jonidan   81-o         Kirizakura (-27)
    Jonidan   89-o         Kirinobori (+29,5)
    Jonidan   93-o         Kirimiyama (-32)
    Jonidan  108-e         Sakurajima (-19)
    Jonidan  116-o         Kirimaru (-13)

    Jonokuchi 10-e         Tenshin (-22,5)

    Remarques :
    Toyozakura et Kirinofuji sont à leur rang le plus élevé.  Toyozakura à seulement deux crans de la division du maku-uchi, étape ultime que vise tout lutteur titulaire.  Et Kirinofuji dans cette étape charnière que sont les hauts rangs du makushita, où "tous les yeux commencent à se fixer sur vous".
    Kirinoumi et Kirinowaka retrouvent tous deux leur position d'il y a un an, le premier dans les rangs supérieurs du makushita et le second dans les rangs inférieurs.
    Jûmonji conserve une position avancée en maku-uchi.  Yamaryû, quant à lui, reprend du poil de la bête en avançant d'un grand bond en jonidan.
    Ryûhô se fait dépasser par deux de ses cadets.
     
     

    (au 11 août)
    La communauté passe ses jours dans un camp d'été sur le plateau de Hirugano (préfecture de Gifu).  Un été particulièrement clément, "Pas la chaleur habituelle de la région, ce qui facilite pas mal les entraînements".  Un typhon vient de passer et quelques jours de beau temps s'annoncent.  Mais le séjour touche bientôt à sa fin.
    Quelques photos :

    (cliquer sur la photo pour obtenir une vue agrandie normale.
     Pour revenir, prière de cliquer sur la "flèche de retour" de votre navigateur
     
     
     
     


     
     
     


     

    Le lien  ci-contre donne des vues plus détaillées des mêmes photos, dans leur format normal et quelques agrandissements individuels, vivement conseillé si vous n'avez pas de problème de temps de chargement.
     
     

    Dernières nouvelles de juillet 2003

    (au 21 juillet)
    Le basho qui vient de se terminer hier s'était montré prometteur dans les premiers jours, mais s'est nettement dégradé par la suite.
    Ci-après les résultats dans l'ordre du classement.

    Jûmonji (maegashira 6-e)    6-9
    Toyozakura (jûryô 5-o)   9-6    kachikoshi

    Ryûhô (makushita 12-e)      3-4
    Kirinofuji (makushita 20-o) 5-2    kachikoshi
    Kirinoumi (makushita 27-e)  5-2    kachikoshi
    Hakuba (makushita 33-o)     3-4
    Hoshitango (makushita 34-o) 4-3    kachikoshi

    Kirinowaka (sandanme  2-o)  4-3    kachikoshi

    Kirinishiki (jonidan 26-e)  3-4
    Higonishiki (jonidan 43-e)  4-3    kachikoshi
    Kirizakura (jonidan 54-o)   3-4
    Kirimiyama (jonidan 61-o)   2-5
    Sakurajima (jonidan 89-e)   3-4
    Kirimaru (jonidan 103-o)    3-4
    Tenshin (jonidan 107-o)     2-4-1 abs.
    Kirinobori (jonidan 119-e)  4-3    kachikoshi

    Yamaryû (jonokuchi 4-o)    6-1    kachikoshi

    Ce qui donne, par ordre de résultat :

    6-1        Yamaryû
    9-6        Toyozakura
    5-2        Kirinofuji   /   Kirinoumi
    4-3        Hoshitango  /   Kirinowaka   /   Higonishiki   /  Kirinobori
    -------------------------------------------
    6-9        Jûmonji
    3-4        Ryûhô   /   Hakuba   /   Kirinishiki   /   Kirizakura   /   Sakurajima   /   Kirimaru
    2-4 (1 abs)    Tenshin
    2-5        Kirimiyama
     
     
     

    (au 5 juillet)(7 juillet)
        Le basho de Nagoya commence ce dimanche 6 juillet et les résultats en seront donnés au jour le jour Résultats détaillés du basho de juillet.
        Tout la petite colonie aurait dû figurer présente à ce basho, à commencer par Yamaryû qui s'est rétabli maintenant et est prêt à reprendre ses activités.  Toutefois, à la dernière minute, le nouveau venu Tenshin, se voit affecté par une rougeole (hé oui, il n'a que 15 ans !) et sera donc absent les premiers jours (en fait, il retourne plus tôt que prévu, à partir du 8 juillet et ne manque donc que son premier combat).
        Le basho sera sans coriace pour Jûmonji, Toyozakura et Kirinofuji qui figurent à leur rang le plus élevé.

    Apparitions de Michinoku en tant que commentateur

  • le lundi 7 juillet   (jour 2) sur NHK (chaînes Sôgô, Highvision et Satellite)  comme commentateur principal
  • le mardi 8 juillet (jour 3) pour le Digest (Asahi TV) (tard dans la nuit)
  • Apparitions de Shikishima (Nishikijima oyakata) en tant que commentateur
  • le mardi 8 juillet  (jour 3) sur NHK (chaînes Highvision et Satellite), commentaire des makushita et inférieurs (à partir de 13 heures)
  • le mardi 15 juillet (jour 10) sur NHK (chaînes Highvision et Satellite), commentaire des jûryô
  • Party de clôture du basho (20 juillet)
    L'habituelle réception de clôture du basho (senshûraku uchiage party) aura lieu comme chaque année à l'hôtel Fui-Park (à partir de 18h30), le dimanche 20 juillet.  Il est à signaler toutefois que cet hôtel vient de changer de nom : il devient dorénavent l'hôtel APA.  La réception de Nagoya est l'une des plus courues de l'année.  Venez nombreux participer à son succès !

    Après le basho
    Cette année, quand le basho sera terminé, la communauté ira passer une quinzaine de jours au vert sur le plateau de Hirugano (Hirugano-Kôgen), qui se situe dans la préfecture de Gifu (partie Nord-Ouest).
     
     

    Dernières nouvelles de juin 2003

    (fin juin)
    Le nouveau banzuke pour le basho de juillet  (du 6 au 20 juillet  à Nagoya) se présente comme suit.

    Maegashira 6-e        Jûmonji
    Jûryô 5-o             Toyozakura

    Makushita 12-e         Ryûhô
    Makushita 20-o         Kirinofuji
    Makushita 27-e         Kirinoumi
    Makushita 33-o         Hakuba
    Makushita 34-o         Hoshitango

    Sandanme   2-o         Kirinowaka

    Jonidan   26-e         Kirinishiki
    Jonidan   43-e         Higonishiki
    Jonidan   54-o         Kirizakura
    Jonidan   61-o         Kirimiyama
    Jonidan   89-e         Sakurajima
    Jonidan  103-o         Kirimaru
    Jonidan  107-o         Tenshin
    Jonidan  119-e         Kirinobori

    Jonokuchi  4-o         Yamaryû

    Remarques :
    Jûmonji, Toyozakura, Kirinofuji ainsi que Tenshin se trouvent à leur rang le plus élevé.  Jûmonji se trouve maintenant dans les rangs supérieurs des maegashira et Toyozakura dans les rangs supérieurs des jûryô, ce qui exigera d'eux un surcroît d'efforts.
     
     

    Dernières nouvelles de mai 2003

    (fin mai)

    Le basho de mai se distingue par ses excellents résultats  : 10 kachikoshi et 4 scores qui frôlent le kachikoshi contre seulement deux de nettement négatifs.  Le quatrième jour du basho a été particulièrement mémorable : les dix lutteurs de la Michinoku-beya qui ont disputé un combat ce jour ont tous remportés la victoire, phénomène très rare qui a été remarqué à plusieurs reprises par la presse.
    Ci-après les résultats dans l'ordre du classement.

    Jûmonji (maegashira 9-e)    8-7    kachikoshi
    Toyozakura (jûryô 12-e)   9-6    kachikoshi

    Ryûhô (makushita 7-e)       3-4
    Hakuba (makushita 26-o)     3-4
    Kirinoumi (makushita 40-e)  5-2    kachikoshi
    Hoshitango (makushita 42-e) 4-3    kachikoshi
    Kirinofuji (makushita 51-o) 6-1    kachikoshi

    Kirinowaka (sandanme  26-e) 5-2    kachikoshi

    Higonishiki (jonidan 10-o)  2-5
    Sakurajima (jonidan 54-e)   2-5
    Yamaryû (jonidan 54-o)      (absent)
    Kirinishiki (jonidan 67-e)  5-2    kachikoshi
    Kirizakura (jonidan 79-e)   4-3    kachikoshi
    Kirimiyama (jonidan 87-e)   4-3    kachikoshi
    Kirimaru (jonidan 88-o)     3-4
    Kirinobori (jonidan 108-e)  3-4
    Tenshin (jonokuchi 98-o)    4-3    kachikoshi
     

    Par ordre de résultat, cela donne :

    6-1        Kirinofuji
    9-6        Toyozakura
    5-2        Kirinoumi   /   Kirinowaka   /   Kirinishiki
    8-7        Jûmonji
    4-3        Hoshitango  /   Kirizakura   /   Kirimiyama   /   Tenshin
    -------------------------------------------
    3-4        Ryûhô   /   Hakuba   /   Kirimaru   /   Kirinobori
    2-5        Higonishiki   /   Sakurajima
     
     
     

    (au 8 mai/10 mai/13 mai)

  • A trois jours du basho, les nouvelles sont bonnes :  tout le monde participera, à l'exception de Yamaryû qui est en convalescence à la suite de son opération de l'oeil (pour cause d'un décollement de la rétine).  Le vendredi, les lutteurs de la heya s'accorderont une journée de repos avant le basho (ce qui est exactement à l'opposé de leurs confrères chez qui l'entraînement s'intensifie à mesure que les jours cruciaux approchent !).

  • Les résultats seront consignés quotidiennement  dans le tableau des résultats du basho de mai, à partir du dimanche 11 mai
  • Pour les lecteurs qui lisent le japonais, on peut recommander le nouveau site consacré à la Michinoku-beya ouvert par l'association de supporters de la Michinoku-beya de Yamagata.  Cette association a été constituée par un supporter de Michinoku de longue date mais n'a commencé à déployer des activités organisées que depuis environ trois ans.  On trouvera notamment quelques photos inédites sur ce site.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Apparitions de Michinoku en tant que commentateur*

  • le mardi 13 mai  (jour 3) pour le Digest  (TV Asahi - minuit)
  • le mercredi 14 mai (jour 4) à la radio NHK,  à partir de 16 heures

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    * le mardi 13 (jour 3), NHK présente le fameux combat de Kirishima contre Mito-izumi (saison de mai 1988, jour 1) connu pour avoir été repris trois fois à la suite de trois mono-ii successifs invoquant le dôtai (ex-aequo): ces quatre combats très serrés, où Kirishima semble pourtant l'emporter légèrement sur son adversaire, mais où la victoire finale est attribuée à Mito-izumi.  Un exemple spectaculaire où le léger Kirishima supporte tout le poids du gigantesque Mito-izumi avec un dynamisme inégalable; mais où toute la commisération (ironique ?) des commentateurs va vers Mito-izumi pour "l'effort surhumain qu'il a eu à accomplir"!  Il faudrait savoir lequel des deux a dû déployer le plus grand effort en réalité.
    Cet extrait, présenté au milieu des combats du maku-uchi, diffusé par NHK en l'honneur de son cinquantenaire, a été sélectionné parmi les "combats inoubliables choisis par les spectateurs".

    Apparitions de Shikishima (Nishikijima oyakata) en tant que commentateur
  • le mardi 13 mai  (jour 3) sur NHK (chaînes Highvision et Satellite), commentaire des jûryô
  • le mardi 20 mai (jour 10) sur NHK (chaînes Highvision et Satellite), à partir de 13 heures
  • Party de clôture du basho (25 mai)
  • L'habituelle réception de clôture du basho (senshûraku uchiage party) aura lieu de nouveau à l'Hotel BelGrande de Ryôgoku (face à la sortie Ouest de la gare de Ryôgoku, au coin) à partir de 18 heures 30.  Entrée : 15000 yen; comprenant notamment un riche buffet avec boissons à volonté.  C'est l'occasion de connaître d'un peu plus près les lutteurs et leur oyakata.  Avis à tout le monde.

  •  

     
     












    Dernières nouvelles d'avril 2003

    (au 23 avril)
    Le nouveau banzuke pour le basho de mai  (du 11 au 25 mai à Tôkyô) a été publié aujourd'hui.  Pour les membres de la Michinoku-beya, il se présente comme suit.

    Maegashira 9-e        Jûmonji
    Jûryô 12-e            Toyozakura

    Makushita  7-e         Ryûhô
    Makushita 26-o         Hakuba
    Makushita 40-e         Kirinoumi
    Makushita 42-e         Hoshitango
    Makushita 51-o         Kirinofuji

    Sandanme  26-e         Kirinowaka

    Jonidan   10-o         Higonishiki
    Jonidan   54-e         Sakurajima
    Jonidan   54-o         Yamaryû
    Jonidan   67-e         Kirinishiki
    Jonidan   79-e         Kirizakura
    Jonidan   87-e         Kirimiyama
    Jonidan   88-o         Kirimaru (ex.Uchiyama)
    Jonidan  106-e         Kirinobori

    Jonokuchi 31-o         Tenshin
     

    Remarques :

  • Toyozakura retrouve sa place en jûryô.
  • Le nouveau venu, Tenshin, est classé pour la première fois dans le banzuke.
  • Deux d'entre eux sont à leur niveau le plus élevé : Hakuba et  Sakurajima
  • Higonishiki et Yamaryû perdent leur échelon et se retrouvent dans la catégorie inférieure

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    (au 19 avril)
    Dans la presse de ce mois
    Revue Oozumô :  (pp. 114-115)  Article sur Hoshitango :    Un homme dans la force de l'âge, éprouvé par les hauts et les bas, qui vit pour le bien de sa mère et le respect de l'esprit du sumô" (Haha to sumô no kokoro wo taisetsu ni suru jukunen no kurônin - Hoshitango)
    Revue Sumô :  (pp.30-31)  Photos de la 43e compétition annuelle de golf entre les membres de l'association japonaise de sumô et celle de l'Association amicale des supporters de sumô (Tôzai-kai) - Country club d'Ibaraki :  apparition de Michinoku.
     
     

    Dernières nouvelles de mars 2003

    (au 25 mars)
    Ci-après les résultats du basho d'Osaka (dans l'ordre du banzuke) :

    Jûmonji   (maegashira 14-o) 9-6    kachikoshi

    Toyozakura (makushita  2-e)   5-2    kachikoshi
    Ryûhô      (makushita 19-o)   6-1    kachikoshi
    Kirinofuji (makushita 23-o)   1-6
    Hakuba     (makushita 32-e) 4-3    kachikoshi
    Hoshitango (makushita 34-o)   3-4
    Kirinoumi  (makushita 58-o)   5-2    kachikoshi

    Kirinowaka  (sandanme 13-e)   3-4
    Higonishiki (sandanme 71-e)   1-6
    Yamaryû     (sandanme 94-e)   0-1-6 abs (absent)

    Kirinishiki (jonidan 35-o)    2-5
    Kirizakura (jonidan  51-o)    2-5
    Kirimiyama (jonidan  67-o)    3-4
    Uchiyama   (jonidan  74-o)    3-4
    Sakurajima (jonidan  98-o)   5-2    kachikoshi
    Kirinobori (jonidan 106-e)    3-4

    Par ordre de résultat, cela donne :

    6-1        Ryûhô
    9-6        Jûmonji
    5-2        Toyozakura   /   Kirinoumi   /   Sakurajima
    4-3        Hakuba
    -------------------------------------------
    3-4        Hoshitango   /   Kirinowaka   /   Kirimiyama   /   Uchiyama   /   Kirinobori
    2-5        Kirinishiki   /   Kirizakura
    1-6        Kirinofuji   /   Higonishiki

    (Yamaryû étant absent sur tout le basho; l'absence à son premier combat comptant pour une perte)

    On a donc six kachikoshi et cinq scores proches du kachikoshi, ce qui reste relativement honorable surtout quand on remarque que les meilleurs scores se situent aux niveaux les plus élevés.  Il convient tout particulièrement de souligner l'excellent résultat de Ryûhô;  Jûmonji s'est distingué malgré ses blessures dans le dos;  et Toyozakura est maintenant assuré de récupérer son rang de sekitori perdu au basho dernier.

    La communauté doit rentrer prochainement à Tôkyô, après cette semaine de vacances.
     
     

    (au 3 / 7 mars )
       A Osaka, les premières fleurs et les légumes nouveaux annoncent déjà l'arrivée du printemps, mais l'air reste encore frais. Tous les membres de la Michinoku-beya préparent activement le basho de printemps qui commence dimanche prochain.
       Un nouveau disciple se prépare à passer les épreuves préalables de mae-zumô cette saison :  son nom est Itô Tenshin, 15 ans, originaire de l'île d'Amami-Ooshima qui fait partie du département de Kagoshima.  De tein bronzé typique des gens de la région, il a une carrure musclée et semble prometteur (à condition qu'il réussisse à dépasser le cap crucial des premiers mois!).
       Les résultats du basho seront présentés quotidiennement dans le tableau résultats détaillés du basho de mars, à partir du dimanche 9 mars.

    Apparitions de Michinoku en tant que commentateur

  • le lundi 10 mars (jour 2), sur NHK  (chaînes Sôgô, Highvision et Satellite), à partir de 16 heures
  • le mardi 11 mars (jour 3), sur le Digest  -- Asahi TV
  • Apparitions de Shikishima (maintenant Nishikijima oyakata) en tant que commentateur
  • le samedi  15 mars  (jour 7) sur NHK (chaînes Highvision et Satellite), à partir de 13 heures
  • le mercredi 19 mars (jour 11) sur NHK (chaînes Highvision et Satellite), commentaire des jûryô
  • Il est à signaler que Shikishima a changé son prénom :  il est maintenant Nishikijima Sukemoto.
     
     

    Dernières nouvelles de février 2003

    (au 24 février)
    Parution du nouveau banzuke pour le basho de mars à Osaka (du 9 au 23 mars).  Pour les membres de la Michinoku-beya, il se présente comme suit.

    Maegashira 14-o        Jûmonji

    Makushita  2-e         Toyozakura
    Makushita 19-o         Ryûhô
    Makushita 23-o         Kirinofuji
    Makushita 32-e         Hakuba
    Makushita 34-o         Hoshitango
    Makushita 58-o         Kirinoumi

    Sandanme  13-e         Kirinowaka
    Sandanme  71-e         Higonishiki
    Sandanme  94-e         Yamaryû

    Jonidan   35-o         Kirinishiki
    Jonidan   51-o         Kirizakura
    Jonidan   67-o         Kirimiyama
    Jonidan   74-o         Uchiyama
    Jonidan   98-o         Sakurajima
    Jonidan  106-e         Kirinobori
     

    Remarques :

  • Jûmonji se maintient de justesse dans le maku-uchi.  Par contre, Toyozakura chute en makushita, mais à une place où son retour reste garanti avec un simple kachikoshi.
  • Trois sont à leur niveau le plus élevé : Hakuba, Kirizakura et Uchiyama

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    (au  15 février)
    Nous sommes à neuf jours de la sortie du nouveau banzuke et le basho de mars commence déjà à poindre son nez (début le 9 mars).
    C'est demain, dimanche 16, que la communauté se met en route pour rejoindre ses locaux d'Osaka, et ceci pour une durée d'environ six semaines (la date du retour n'étant pas encore fixée).

    Quelques manifestations sont prévues à Osaka, et en particulier deux réceptions autour du chanko (chanko-kai), le 6 mars et le 16 mars, dans les locaux de la heya, à partir de 18 heures.  Droit d'entrée : 10 000 yen.  Vu l'affluence, prière de réserver à l'avance en s'adressant par téléphone soit au manager,  M. Kitahara, soit à la heya.

    La réception en l'honneur de la fin du basho (senshûraku uchiage party) se déroulera dans les locaux de l'hôtel Faises Gekkaden (adresse :  1-7-1, Terada-machi, Tennôji-ku, Osaka - tél.  06-6771-8731), le 23 mars à partir de 18 heures 30.  Droit d'entrée : 15 000 yen.
     

    Dans la presse de ce mois
    Revue Sumô :  Présentation de la Michinoku-beya, le bâtiment, le dohyô,  l'entrée et la devise du maître, et évocation d'un combat mémorable -- Kirishima contre Hokutoumi, dernier jour de janvier 1991, à la suite duquel Kirishima décroche le Grand prix (six photos d'illustration).
    Revue Oozumô :  présentation d'Uchiyama, et en particulier de ses antécédents sportifs (karate, base-ball, etc.), dans la rubrique "Lutteurs des différents grades à remarquer".
     
     

    Dernières nouvelles de janvier 2003

    (au 28 janvier)
    Les résultats du  basho de janvier sont les suivants :

    Jûmonji    (maegashira 11-e)    5-10
    Toyozakura (jûryô 8-o)          4-11

    Ryûhô      (makushita  4-o)     2-5
    Hoshitango (makushita 23-o)     3-4
    Kirinofuji (makushita 31-o)     4-3        kachikoshi
    Hakuba     (makushita 40-o)     4-3        kachikoshi
    Kirinoumi  (makushita 46-o)     3-4
    Kirinowaka (makushita 50-e)     2-5

    Higonishiki (sandanme  50-o)    3-4
    Yamaryû     (sandanme  75-o)    3-4

    Kirinishiki (jonidan   4-e)     2-5
    Sakurajima  (jonidan  75-e)     2-5
    Kirinobori  (jonidan  89-o)     2-5
    Kirizakura  (jonidan  92-o)     5-2        kachikoshi
    Kirimiyama  (jonidan 110-o)     5-2        kachikoshi

    Uchiyama    (jonokuchi 16-o)    5-2        kachikoshi
     

    Par ordre de résultat, on a donc :

    5-2        Kirizakura   /   Kirimiyama   /   Uchiyama
    4-3        Kirinofuji   /   Hakuba
    -------------------------------------------
    3-4        Hoshitango   /   Kirinoumi   /   Higonishiki   /   Yamaryû

    5-10      Jûmonji
    4-11      Toyozakura

    2-5        Ryûhô   /   Kirinowaka   /   Kirinishiki   /   Sakurajima   /   Kirinobori

    Cinq seulement d'entre eux ont atteint le kachikoshi.
     

  • Shikishima change de titre d'ancien en date du 22 janvier :  de Fujigane, il devient Nishikijima oyakata.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    (aux 10/11/18 janvier)

  • Le basho de Tokyo commence dans deux jours, le 12.  Les résultats en sont donnés quotidiennement dans la page Résultats détaillés du basho de janvier.
  • Au début de ce basho, il n'y aura aucun absent de la Michinoku-beya.  Même Narui (devenu Kirimiyama) se présentera, malgré un état qui laisse beaucoup à désirer.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Apparitions télé/radio de Michinoku :

  • le mardi 14 janvier (jour 3) sur le Digest (Asahi TV) (0h.16)
  • le jeudi 16 janvier (jour 5) à la radio (NHK Dai-ichi hôsô), à partir de 16 heures

  • (pas d'émission sur NHK prévue pour ce basho).
  • le mercredi 22 janvier (jour 11), dans le programme culturel en début des combats du maku-uchi, émission "les grands combats du passé" présentant des extraits d'il y a douze ans et notamment Kirishima remportant le Grand prix.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Réception de clôture du basho  (dimanche 26 janvier)
    La réception de fin du basho (senshûraku uchiage party) aura lieu à l'Hotel BelGrande de Ryôgoku (qui fait face à la sortie Ouest de la gare de Ryôgoku, au coin) à partir de 18 heures 30.  Entrée : 15000 yen; comprenant notamment un riche buffet avec boissons à volonté.  Venez nombreux pour bavarder et vous distraire...et surtout faire connaissance d'un peu plus près avec les lutteurs et leur oyakata !

    Dans la presse en janvier
    Article de Michinoku oyakata dans la revue NHK Stella (deux pages) :    Perspectives d'apparition de nouveaux héros capables de renverser l'ordre actuel
    Il cite les cinq noms suivants, commentant leurs qualités et les aspects à mettre au point :  Takanowaka, Kotomitsuki, Wakanosato, Takamisakari et Aminishiki.
     
     

    Dernières nouvelles de décembre 2002

    (au 24 décembre)
    Parution du nouveau banzuke pour le basho de janvier à Tôkyô.  Pour les membres de la Michinoku-beya, il se présente comme suit.

    Maegashira 11-e        Jûmonji
    Jûryô 8-o              Toyozakura

    Makushita  4-o         Ryûhô
    Makushita 23-o         Hoshitango
    Makushita 31-o         Kirinofuji
    Makushita 40-o         Hakuba
    Makushita 46-o         Kirinoumi
    Makushita 50-e         Kirinowaka

    Sandanme  50-o         Higonishiki
    Sandanme  75-o         Yamaryû

    Jonidan    4-e         Kirinishiki
    Jonidan   75-e         Sakurajima
    Jonidan   89-o         Kirinobori
    Jonidan   92-o         Kirizakura
    Jonidan  110-o         Kirimiyama

    Jonokuchi 16-o         Uchiyama
     

    Remarques :

  • Montée en makushita pour Hakuba et Kirinowaka (retour), ainsi que retour en sandanme pour Higonishiki.

  • Trois sont à leur niveau le plus élevé :  Hakuba, Kirinowaka et Kirinishiki
    Retombée en makushita pour Ryûhô, mais à un rang élevé qui lui laisse toutes ses chances de retour prochain.

    Narui adopte le shikona poétique de Kirimiyama ("belle montagne dans la brume").  Pour la curiosité, on peut préciser que le second caractère ("mi") est emprunté au prénom du oyakata.
     

    (au 17 décembre)
    La communauté est de retour à Tokyo, mais les entraînements ne reprendront qu'à partir du 21 décembre.  Le nouveau banzuke paraît le 24 décembre.

    (au 5/6/7 décembre)
    La petite communauté séjourne actuellement au pays natal du oyakata, dans un centre de vacances dans les hauteurs de Makizono (Kagoshima), depuis la fin du mois dernier.  Toutefois, il n'est pas question de se reposer :  outre l'entraînement quotidien, ils participent à différentes manifestations locales (entre autres, une course à pied traditionnelle "Tango-Koe-race", avec un tonneau rempli d'eau (le 8), parties de golf) et visites d'institutions publiques, et organiseront quelques réceptions autour du chanko.  (Pour tout renseignement sur le programme, contacter la mairie de Makizono :  tél. 0995-76-2704)
    Quelques vues de la région dans le dossier "Voyage au pays natal de Kirishima".
    Leur retour à Tokyo est prévu pour le 17 décembre.  Ils seront accompagnés d'un nouveau disciple originaire de la région qui doit probablement être admis officiellement à partir de mars prochain.
     
     

    Dernières nouvelles de novembre 2002

    (au 27 novembre)
    Ci-dessous les résultats du basho de novembre qui s'est terminé dimanche, dans l'ordre hierarchique.

    Jûmonji      Maegashira 13-o     8-7    kachikoshi
    Toyozakura     Jûryô 6-o           7-8
    Ryûhô       Jûryô 11-o          5-10

    Hoshitango     Makushita 8-o       2-5
    Kirinofuji     Makushita 21-e      3-4
    Kirinoumi      Makushita 36-o      3-4

    Hakuba        Sandanme 1-o        5-2   kachikoshi
    Kirinowaka     Sandanme 12-e       5-2    kachikoshi
    Yamaryû      Sandanme 39-o       1-6

    Higonishiki    Jonidan 12-o        6-1    kachikoshi
    Kirinishiki    Jonidan 27-o        4-3    kachikoshi
    Kirizakura     Jonidan 62-e        2-5
    Narui        Jonidan 110-o        --    (absent)

    Sakurajima     Jonokuchi 10-o      5-2    kachikoshi
    Uchiyama       Jonokuchi 14-e      3-4
    Kirinobori     Jonokuchi 32-o      5-2    kachikoshi

    Ceci donne, par ordre de résultat :

    Pour les sekitori
        8-7     Jûmonji
        7-8     Toyozakura
        5-10    Ryûhô

    Pour le reste
        6-1    Higonishiki
        5-2    Hakuba   /   Kirinowaka   /   Sakurajima   /   Kirinobori
        4-3    Kirinishiki
        --------
        3-4    Kirinofuji   /   Kirinoumi   /   Uchiyama
        2-5    Hoshitango   /   Kirizakura
        1-6    Yamaryû

    Ce basho était très important pour Ryûhô;  il a connu pour la première fois le régime de quinze combat pour la saison -- à savoir un combat par jour -- au lieu de sept seulement dans les grades inférieurs, ce qui corse sensiblement le rythme et ne permet pas de se défaire de la tension et de la fatigue accumulée.  Il convient d'ajouter qu'il a affronté les adversaires les plus vaillants durant ce basho, mais a essuyé malheureusement bon nombre de défaites (5 gains-10 pertes), ce qui l'obligera à se remettre en question.  Toutefois, on constate qu'il s'est repris très sérieusement à son dernier combat, montrant un acharnement de fer et des réflexes incomparables.  Il fera mieux une prochaine fois.

    Rappel
    La communauté restera à Kyûshû, et passera deux semaines à Makizono après la semaine de congé, pour ne rentrer à Tôkyô qu'après  le 17 décembre.  Après quelques jours de libre, pour que  membres originaires de la région puissent en profiter pour rendre visite à  leur famille, le groupe se retrouvera à Kagoshima pour une nouvelle réception avec leurs supporters locaux, à l'hôtel Bay-side de Kagoshima.
     

    (au 8 novembre)
    La température de Fukuoka s'est rafraîchie brusquement et le basho commence dans deux jours : les résultats en seront donnés jour après jour dans le tableau Résultats détaillés du basho de novembre.

    L'état physique et mental des lutteurs de la heya semble optimal.  En dehors de Narui, qui vient d'entamer à peine sa rééducation, pas d'autre absent.
    Le ton est à l'enthousiasme, notamment grâce au renouveau introduit par la promotion de Ryûhô; il fera ainsi ses premiers pas en tant que sekitori.  Il s'est préparé énergiquement et se trouve dans un état mental idéal d'après son entourage qui se déclare optimiste :  "Avec une forme pareille, il devrait pouvoir défoncer des murs"..  Une réception d'encouragement (gekirei-kai) a été offerte en son honneur à Okinawa le 1er novembre par des personnalités locales, qui a réuni plus de 600 supporters.
     
     

    AGENDA DU BASHO

    Programme Télé
    - Emission  de présentation de Ryûhô
  • le lundi 11 novembre (jour 2) sur NHK dans le programme culturel Shin-jûryô shôkai diffusé durant l'intermède (voir photo dans le dossier complémentaire de Ryûhô)

  •  
    - Apparitions de Michinoku en tant que commentateur
  • le lundi 11 novembre (jour 2) sur NHK (chaînes Sôgô, Highvision et Satellite), à partir de 16 heures*
  • le mercredi 13 novembre (jour 4) sur le Digest (Asahi TV) (0h.16)
  • le vendredi 15 novembre (jour 6) à la radio (NHK Dai-ichi hôsô), à partir de 16 heures

  • (ci-contre tel qu'il apparaît sur NHK en tant que commentateur principal)
     

    * A noter que Michinoku passe maintenant au grade de commentateur principal (shômen-kaisetsu).
     

    - Apparitions de Shikishima (maintenant Fujigane oyakata) en tant que commentateur
  • le jeudi 14 novembre (jour 5) sur NHK (chaînes Highvision et Satellite), à partir de 13 heures
  • le mercredi 20 novembre (jour 11) sur NHK (chaînes Highvision et Satellite)
  • Party de clôture du basho

    La réception terminant le basho (senshûraku uchiage party) aura lieu à l'Hotel See Hawk & Resort, qui se trouve dans la zone de See Hawk's Town de Fukuoka (à proximité de Fukuoka Dôme), à partir de 18 heures 30, le dimanche 24 novembre.  L'entrée est libre moyennant un droit d'accès de 15000 yen (donnant droit notamment à un riche buffet et boissons à volonté)
     
     

    Dernières nouvelles d'octobre 2002

    (au 28 octobre)
    Le nouveau banzuke paru aujourd'hui pour le basho de novembre (à Fukuoka, Kyûshû) se présente comme suit par ordre de classement.

    Maegashira  13-o     Jûmonji
    Jûryô        6-o     Toyozakura
    Jûryô       11-o     Ryûhô

    Makushita    8-o     Hoshitango
    Makushita   21-e     Kirinofuji
    Makushita   36-o     Kirinoumi

    Sandanme     1-o     Hakuba
    Sandanme    12-e     Kirinowaka
    Sandanme    39-o     Yamaryû

    Jonidan     12-o     Higonishiki
    Jonidan     27-o     Kirinishiki
    Jonidan     62-e     Kirizakura
    Jonidan    110-o     Narui

    Jonokuchi   10-o     Sakurajima
    Jonokuchi   14-e     Uchiyama
    Jonokuchi   32-o     Kirinobori
     

    En résumé :

  • Retour de Jûmonji dans le maku-uchi
  • Promotion de Ryûhô en jûryô, l'événement le plus marquant de ce basho.
  • Kirinowaka retombe dans la catégorie inférieure (sandanme), mais Hoshitango regagne des échelons dans les hauts rangs du makushita et Hakuba est au sommet de sa catégorie, à un cran seulement du makushita.

  • Classés à leur rang maximal, on compte :  Toyozakura, Ryûhô (pour les sekitori), Kirinofuji (en makushita), Hakuba (en sandanme), et Kirizakura (en jonidan).
     
     

    (au 2 octobre)

  • Bientôt le moment de se préparer pour la tournée en province (jungyô) qui commence à partir du 12 octobre.  Ils ne seront que quatre dans la heya à y prendre part :  Jûmonji et Toyozakura accompagnés de Yamaryû et de Kirizakura;  Ryûhô n'est pas encore tenu de participer.
  • Tous les autres resteront donc à Tôkyô, mais leur départ vers Fukuoka se fera un peu plus tôt cette année : les billets d'avion sont réservés pour le 17 octobre.  Ils séjourneront ainsi le reste du mois et jusqu'à la fin novembre dans cette ville.  Par la suite (début décembre), ils passeront deux semaines dans le Sud de Kyûshû, à Makizono, pays natal du oyakata, où les habitants de la région pourront venir assister aux entraînements (jusqu'au 16 décembre).  Ils ne seront de retour à Tôkyô qu'à partir du 17 décembre.
  • Il est à préciser, par ailleurs, que le groupe a pris l'habitude de pratiquer ses entraînements à l'extérieur (système dit  de-geiko) en se mêlant aux autres heya du quartier.  Les heya fréquentées peuvent varier chaque jour; et les intéressés peuvent également se répartir sur plusieurs heya, selon leur niveau.  Très souvent le programme du lendemain n'est connu que la veille, tard dans la soirée.  Il peut donc arriver que les renseignements obtenus la veille ne soient pas très exacts et que le visiteur trouve la heya vide à son arrivée le matin.
  • Narui subira son opération la semaine prochaine.  Ensuite, il rejoindra les autres dès sa sortie d'hôpital, mais ne sera vraisemblablement pas d'aplomb pour le basho commençant le 10 novembre.
  • Le nouveau banzuke sortira le lundi 28 octobre.

  •  

     
     












    Dernières nouvelles de septembre 2002

    (au 25 septembre)
    Montée en jûryô de Ryûhô
    Publiée officiellement en date de ce jour par la Sumô Kyôkai.  Ryûhô est le seul "nouveau", à savoir celui à être nommé pour la première fois à ce titre de titulaire.  A côté de lui, on compte quatre autres rikishi dont c'est le second passage.  Cette titularisation marque un énorme pas en avant pour l'intéressé, un changement radical de vie.  C'est un grand jour pour lui et pour tous ses amis.  Toutes nos félicitations et nos vœux les plus chaleureux !
    La nouvelle a été diffusée sur la NHK aux informations de 21 heures.  On voit l'intéressé avec un air solennel inhabituel, s'efforçant d'articuler des mots que l'émotion étrangle dans sa gorge.  Un bref commentaire de Michinoku oyakata radieux et une poignée de mains entre eux, assis sur les tatamis du keiko-ba. (quelques photos de l'événement).
     

    (au 23 septembre)

    Le basho de septembre qui s'est achevé hier se distingue par un résultat global particulièrement satisfaisant.

    Jûmonji      Jûryô       3-o    10-5  kachikoshi
    Toyozakura   Jûryô      12-e    11-4  kachikoshi et jun.yûshô(finaliste pour le jûryô-yûshô)

    Ryûhô      Makushita   2-e     4-3  kachikoshi
    Kirinoumi    Makushita  19-e     2-5
    Hoshitango   Makushita  25-o  6-1  kachikoshi
    Kirinofuji   Makushita  38-e  5-2  kachikoshi
    Kirinowaka   Makushita  51-e     2-5

    Hakuba       Sandanme   51-e     6-1  kachikoshi
    Yamaryû      Sandanme   53-o     4-3  kachikoshi

    Kirinishiki  Jonidan     6-o     2-5
    Higonishiki  Jonidan    35-e     4-3  kachikoshi
    Narui        Jonidan    72-o     1-6
    Kirizakura   Jonidan    88-o     4-3  kachikoshi
    Uchiyama     Jonidan   106-o     1-6

    Sakurajima   Jonokuchi   1-e     3-4

    (Kirinobori : absent)

    Ce qui donne, dans l'ordre des résultats :

     6-1 :    Hoshitango   /   Hakuba
    11-4 :   Toyozakura (jun.yûshô)
    10-5 :   Jûmonji
     5-2 :    Kirinofuji
     4-3 :    Ryûhô   /   Yamaryû   /   Higonishiki   /   Kirizakura
    --------
     3-4 :    Sakurajima
     2-5 :    Kirinoumi   /   Kirinowaka   /   Kirinishiki
     1-6 :    Narui   /   Uchiyama
     

    Il ne reste plus qu'à patienter jusqu'à ce mercredi 25 septembre pour savoir ce que devient la titularisation de Ryûhô en jûryô...  L'effervescence dans la heya est grande dans cette perspective.
     

    (au 20 septembre)

  •    Shikishima change de titre d'ancien.  Cédant son titre à son ami Minatofuji qui vient de se retirer, il devient officiellement Fujigane (au 17 septembre).
  •    La réception clôturant la fin du basho (Senshûraku utchi-age party), prévue pour le dimanche soir (22 septembre) à partir de 18 heures 30, aura lieu cette année dans les locaux de l'hôtel BELGRANDE à Ryogoku (3ème étage -  qui fait face à la sortie Ouest de la gare de Ryogoku, au coin).  C'est là une occasion unique pour faire connaissance d'un peu plus près avec les lutteurs de la heya ainsi qu'avec leur oyakata.  L'entrée est libre à tous ceux qui le souhaitent, moyennant un droit d'entrée de 15000 yen (comprenant notamment un riche buffet et les boissons à volonté).
  •    A ce jour (13ème jour du basho), 8 des membres de la heya ont déjà leur kachikoshi en poche : Jûmonji, Toyozakura, Ryûhô, Hoshitango, Kirinofuji, Hakuba, Higonishiki et Kirizakura.
  •    Ryûhô est à la veille de son accession au titre de sekitori -  c'est UN GRAND JOUR pour lui !
  •    Toyozakura a peut-être encore des chances pour le yûshô... c'est le suspens de ces deux derniers jours.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    (au 7 septembre)/(12 septembre)/(15 septembre)
       Le basho commence demain, dimanche 8 septembre.  Les résultats en seront donnés au jour le jour dans le tableau Résultats détaillés du basho de septembre.
       Pour l'instant un seul absent pour le début du basho :  Kirinobori, à cause de son excroissance au coude.  Plusieurs vont commencer le basho dans de mauvaises conditions : notamment Toyozakura et Higonishiki (non encore remis entièrement de leurs blessures), Kirinowaka (problème au genou droit),  et Narui (épaule démise, en attente d'une intervention chirurgicale).

        Le programme des interventions de Michinoku à la télévision et à la radio est le suivant :
    - sur NHK (chaînes Sôgô, Highvision et Satellite) le lundi 9 septembre (jour 2)
    - à la radio (NHK Dai-ichi hôsô) le vendredi 13 septembre (jour 6)
    - sur le Digest (Asahi TV),  le dimanche 15 septembre (jour 8).
    - A noter un documentaire "spécial Kirishima" (Dohyô jinsei - Ano toki Kirishima), prévu initialement le "jeudi 12 septembre" dans le programme culturel en début de diffusion des combats du maku-uchi (16 heures, heure japonaise), dont la diffusion, reportée plusieurs fois, est programmée cette fois pour le "lundi 16 septembre" (selon la dernière mise à jour des horaires de la chaîne).

    (autres informations ajoutées ultérieurement)
     
     

    Dernières nouvelles d'août 2002

    (au 26 août)
    Le nouveau banzuke pour la saison de septembre à Tôkyô se présente comme suit :

    Jûryô        3-o     Jûmonji
    Jûryô       12-e     Toyozakura

    Makushita    2-e     Ryûhô
    Makushita   19-e     Kirinoumi
    Makushita   25-o     Hoshitango
    Makushita   38-e     Kirinofuji
    Makushita   51-o     Kirinowaka

    Sandanme    51-e     Hakuba
    Sandanme    53-o     Yamaryû

    Jonidan      6-o     Kirinishiki
    Jonidan     35-e     Higonishiki
    Jonidan     72-o     Narui
    Jonidan     78-o     Kirinobori
    Jonidan     88-o     Kirizakura
    Jonidan    106-o     Uchiyama

    Jonokuchi    1-e     Sakurajima
     

  • Peu de surprises dans ce banzuke :  Jûmonji perd sa place dans le maku-uchi, mais Toyozakura ne bouge pas beaucoup.
  • Ryûhô atteint le sommet de la catégorie de makushita.
  • La grande nouvelle est la promotion de Kirinowaka en makushita.

  • On compte cinq personnes qui sont à leur rang le plus élevé :  Ryûhô et Kirinowaka (en makushita), suivis de Kirinishiki, Kirinobori et Uchiyama (en jonidan)
     
     

    (au 10 août)
    Le groupe est en vacances depuis hier midi, jusqu'au 16 août au soir.  La plupart en profitent pour retrouver leur famille, sauf quelques uns qui vont rester sur place.  C'est le cas par exemple de Kirinofuji dont le pays natal est Kyûshû, trop loin à son avis pour juste quelques jours; il compte simplement en profiter pour se reposer.  Durant les vacances, il ne s'agit pourtant pas de passer tout son temps à paresser, signale Michinoku, car une inactivité aussi prolongée risque d'avoir de fâcheuses répercussions sur la forme à la reprise.  Il recommande donc de ne pas oublier de faire régulièrement chaque jour un peu d'exercices.
    A leur retour, le 20, on s'attellera à la réfection du dohyô.  Programme :  19, arrivée de la nouvelle terre;  20, démolition du dohyô; 21, reconstruction.
     

    (au 2 août, avec retard)
    Présentation des articles publiés dans la presse spécialisée en juillet

    -  Des nouvelles de Hoshiandesu
    Titre :  Autour de la Coupe du Monde de Football --  Les activités de Hoshiandesu comme intermédiaire de l'équipe d'Argentine  (Revue Sumô, page 114 -    avec photo noir et blanc)
       Depuis sa cérémonie de coupe des cheveux (4 février 2001), Hoshiandesu n'avait plus donné signe de vie.  Après un bref séjour dans son pays, il était revenu au Japon, mais n'était presque pas retourné voir ses anciens compagnons.  Cela paraît incompréhensible à première vue, mais s'explique bien par le besoin de l'intéressé de couper les liens avec son passé.  Le fait de devoir s'arrêter, mettre un point final à ses rêves et motivations et de réintégrer la vie "normale" représente toujours un bouleversement difficile pour un rikishi.
       Accessoirement, on apprend qu'entre temps il s'est marié (avec une femme originaire de Colombie).
       Il a été engagé par le staff argentin pour servir d'intermédiaire à l'équipe d'Argentine dans la ville de Fukushima, tirant parti de ses connaissances pratiques et linguistiques, acquises au Japon à travers les années.  Un travail exigeant une présence ininterrompue, jour et nuit, à temps complet.  Une de ses principales tâches a été de veiller aux besoins des membres de l'équipe, notamment en servant d'interprète.  Il a également assisté la presse.  En outre, grâce à ses caractéristiques et capacités physiques hors du commun (taille de 1,90 m et poids de 176 kg) et son autorité acquises dans le milieu du sumô, il a aussi assumé un rôle de garde du corps (pour tenir à distance les importuns et journalistes trop zélés).
        Il a ainsi eu l'occasion de mettre en pratique l'ensemble de son expérience, de ses connaissances et de sa force physique au service de ses compatriotes.

    -  La même revue Sumô présente une douzaine de sites relatifs au sumô, parmi lesquels elle mentionne le présent site en y ajoutant une appréciation d'une dizaine de lignes extrêmement positive.  Un jugement fort encourageant!

    - Quelles sont les causes de la diminution de la technique de Tsuridashi ?  Vivement la réapparition d'une "grue" humaine ! (pp. 64-66)
    La technique de tsuridashi, qui consiste à soulever l'adversaire pour le transporter à l'extérieur du dohyô,  est surtout praticable vis-à-vis d'adversaires légers.  De nos jours, avec l'augmentation du poids des lutteurs (plus de 150 kg), cette technique devient de plus en plus délicate à exécuter.  Or cette technique exige plus de virtuosité qu'il ne pourrait paraître à première vue.
    On présente ainsi le point de vue de plusieurs anciens rikishi représentatifs de cette technique, qui sont unanimes pour dire que les lutteurs actuels ne savent plus s'entraîner d'une manière aussi intensive que leurs aînés (en particulier, ne font plus assez d'exercices d'endurance en général ainsi que d'exercices de base comme pompes et shiko), et que cela se ressent sur le niveau technique.
    L'article se termine sur "Le tsuri à la Kirishima", une technique ultime.  On commence par évoquer des aspects bien connu de Kirishima qui n'avait "que la peau sur les os" à ses débuts (à peine quelque 70 kg), et qui s'est développé à force d'exercices de musculation, exercices qu'il pratiquait assidûment.  Il parvenait ainsi à élever en squat des poids de plus de 350 kg.
     Sa façon de s'y prendre pour le tsuri consiste à maintenir l'adversaire avec son mawashi, en le plaçant sous le mawashi de l'adversaire.  C'est par ce moyen qu'il réussissait le tour de force inimaginable d'élever en l'air des gens que personne d'autre n'aurait osé tenter de soulever.  "Pour y parvenir, il faut pouvoir attirer à soi l'adversaire avec une force considérable dans les bras; mais il est nécessaire parallèlement d'avoir des muscles dorsaux très vigoureux et également des jambes puissantes.  La force d'attraction de l'adversaire est plus importante que la force employée à le soulever.  Quand, par exemple, l'adversaire vient par la droite en tentant un sotogake (sorte de croche-pied), il faut réagir par la droite par un nage (projection) pour neutraliser le sotogake, et ensuite le soulever par tsuri-age.  Quand on le soulève très haut, il ne peut plus intenter qu'un sotogakeau niveau de la cuisse (qui n'est guère efficace)".
    Si la technique de tsuri est employée pour vaincre les lutteurs légers, Kirishima est connu pour l'utiliser vis-à-vis des plus lourds, des gens que personne n'imaginerait jamais pouvoir soulever, ce qui devient forcément spectaculaire.
    Michinoku, pour épater la galerie, confie qu'il a toujours rêvé soulever un jour Konishiki, le plus lourds des lutteurs de toute l'histoire du sumô professionnel (avec ses 285 kg).  Il a dû se résigner car il était malgré tout trop lourd, mais il ajoute qu'en revanche il a réussi bien des fois avec  Oonokuni (actuel Shibatayama, qui était le second plus lourd à l'époque).  La prise avait été considérée comme un utchari.
    Il est regrettable qu'on ne trouve actuellement plus de lutteur capable de réaliser cette prise.  Quelqu'un comme Asashôryû devrait pouvoir y parvenir... (selon Michinoku).
    Conclusion : On se rend compte que la technique permettant de mener à bien cette prise virtuose exige d'abord une force musculaire et dorsale hors du commun, une souplesse accrue dans les hanches, un timing extrêmement précis et de l'adresse, des choses qui ne s'acquièrent pas uniquement avec les exercices de musculation mais aussi et surtout par un travail inlassable sur le dohyô.
    Force, technique, timing, telles sont les qualités nécessaires au déploiement de cette prise impressionnante -- qui incarne en elle tout le charme du sumô -- dont on ne saurait assez espérer la réapparition... pour le plaisir de tous les amateurs.
     
     

    Dernières nouvelles de juillet 2002

    (au 28 juillet)
    Le basho de Nagoya s'est déroulé dans de mauvaises conditions : beaucoup de blessés dans la Michinoku-beya, tout comme dans le reste de la profession (où l'on a enregistré un record d'absents).  Il y a eu aussi ceux qui sont définitivement partis : Kijima et Shirasawa; et d'autres qui sont découragés et songent à abandonner (Hakuba).
    Parmi les blessés, ont peut signaler en particulier :
    - Toyozakura, avec d'abord une blessure à la cuisse gauche, et ensuite un douloureux déchirement du muscle au bras droit (du coude vers l'épaule).
    - Kirinoumi avec un nez cassé
    - Hakuba : blessure à la cheville gauche
    - Higonishiki, qui vient d'être opéré à son genou droit, encore en pleine convalescence
    - Kirinishiki, dont le poignet droit semble encore peu opératif
    - Narui, qui souffre d'une hernie lombaire
    - Kirizakura, qui s'est blessé au pied avant la fin de la saison
    - Kirinobori, avec son excroissance dans le coude
    La liste des blessés est longue, et même ceux qui n'en disent rien ont un genou, un poignet ou une cheville bandée.  Dans ces conditions, les résultats de ce basho devraient être appréciés avec modération.  Dans l'ordre du banzuke, ils se présent comme suit.

    Jûmonji      Maegashira 12-e    5-10

    Toyozakura   Jûryô       8-e    5-10

    Kirinoumi    Makushita  12-o    3-4
    Ryûhô      Makushita  13-e    6-1 kachikoshi, finaliste pour le Grand Prix de sa catégorie
    Hoshitango   Makushita  17-e    3-4
    Kirinofuji   Makushita  45-e 4-3  kachikoshi
     

    Kirinowaka   Sandanme   13-e    5-2  kachikoshi
    Hakuba       Sandanme   26-e    2-5
    Yamaryû      Sandanme   86-e    5-2  kachikoshi

    Higonishiki  Jonidan    14-o    3-4
    Kirinishiki  Jonidan    27-e 4-3  kachikoshi
    Narui        Jonidan    54-o    3-4
    Kirizakura   Jonidan    72-e    3-3 - 1 absence
    Shirasawa    Jonidan   100-e           démission
    Sakurajima   Jonidan   100-o    3-4

    Kirinobori   Jonokuchi   4-o    5-2  kachikoshi
    Uchiyama     Jonokuchi  14-o    4-3  kachikoshi
    Kijima       Jonokuchi  34-e           démission
     

    Ce qui donne, dans l'ordre des résultats :

    6-1 :    Ryûhô (parmi les finalistes pour le Grand prix de makushita)
    5-2 :     Kirinowaka   /   Yamaryû   /   Kirinobori
    4-3 :     Kirinofuji   /   Kirinishiki   /   Uchiyama
    --------
    3-3(1 abs.)    Kirizakura
    3-4 :    Kirinoumi   /   Hoshitango   /   Higonishiki   /   Narui   /   Sakurajima
    5-10 :  Jûmonji   /   Toyozakura
    2-5 :    Hakuba

    Conclusion :  7 ont réussi le kachikoshi et 6 ont un résultat proche.

    Autres informations :  cette année, le groupe ne passera pas de vacances à la campagne en août  et regagnera Tôkyô dès la fin de la semaine de congé.  Ils bénéficieront par contre d'un court congé autour des fêtes du o-bon.
     
     
     

    (au 23 juillet)
    Démission officielle de Harada (rendue publique en mai), puis de Shirasawa et de Kijima (publiée le 24 juillet par la Sumô-kyôkai).

    (au 6 juillet)
        Le basho de Nagoya commence ce dimanche 7 juillet et les résultats au jour le jour seront donnés dans le tableau Résultats détaillés du basho de juillet.
        D'ores et déjà, trois absents pour le début du basho :  Shirasawa, Kijima et Harada.  Il y a aussi ceux qui vont commencer le basho dans de mauvaises conditions : Kirino-umi avec son nez cassé, Higonishiki fraîchement opéré du genou, Narui avec sa hernie lombaire.

        Le programme des interventions de Michinoku à la télévision et à la radio est le suivant :
    - sur NHK (chaînes Sôgô, Highvision et Satellite) le lundi 8 juillet (jour 2)
    - à la radio (NHK Dai-ichi hôsô) le vendredi 12 juillet (16 heures à 18 heures - jour 6)
    - sur le Digest (Asahi TV),  le dimanche 14 juillet (jour 8).

    Rappel
    La réception marquant la fin du basho (senshûraku-uchiage party) aura lieu comme par le passé dans les salons de l'hôtel Fuji-Park de Nagoya (à partir de 18 h30), le dimanche 21 juillet.
     
     

    Dernières nouvelles de juin 2002

    (au 24 juin)
    Le nouveau banzuke pour la saison de juillet à Nagoya se présente comme suit :

    Maegashira  12-e     Jûmonji

    Jûryô        8-e     Toyozakura

    Makushita   12-o     Kirinoumi
    Makushita   13-e    Ryûhô
    Makushita   17-e     Hoshitango
    Makushita   45-e     Kirinofuji
     

    Sandanme    13-e     Kirinowaka (ex. Okamoto)
    Sandanme    26-e     Hakuba
    Sandanme    86-e     Yamaryû

    Jonidan     14-o     Higonishiki (ex. Tosa)
    Jonidan     27-e     Kirinishiki
    Jonidan     54-o     Narui
    Jonidan     72-e     Kirizakura (ex.Suenaga)
    Jonidan    100-e     Shirasawa
    Jonidan    100-o     Sakurajima

    Jonokuchi    4-o     Kirinobori
    Jonokuchi   14-o     Uchiyama
    Jonokuchi   34-e     Kijima
     

  • Toyozakura retrouve son rang de sekitori.
  • Kirinoumi, Ryûhô, Kirinishiki et Kirizakura dépassent leur rang le plus élevé.
  • Narashashi est définitivement rayé du classement.
  • Le basho commencera le 7 juillet à Nagoya.  Le détail  des résultats de la heya sera donné jour par jour.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    (au 14 juin)
    Le groupe se prépare pour son départ à Nagoya le 17 juin, dans 3 jours.  La heya de Tokyo sera donc vide après cette date.
    Quelques mauvaises nouvelles :  Jûmonji souffre d'un lumbago et Tosa doit subir une intervention chirurgicale pour son genou; il sera donc absent au basho de juillet.  Kijima, quant à lui est à bout, après avoir tenu si longtemps.
    Le banzuke nouveau paraîtra le 24 juin et le basho commence le 7 juillet.
     
     

    Dernières nouvelles de mai 2002

    (au 29 mai)
    Démission de Narahashi, annoncée officiellement.

    (au 28 mai)
    L'événement marquant de cette fin de basho est le Grand prix (yûshô) de makushita remporté par Toyozakura, un score parfait de 7 victoires successives.  Une performance qui restera longtemps dans les souvenirs.

    Outre cet événement exceptionnel, le basho se distingue par la bonne moyenne des résultats.  Le détail est donné dans Résultats détaillés du basho de mai.
    Ainsi,  par ordre hiérarchique, on a :

    Jûmonji      Maegashira 9-o  6-9

    Toyozakura   Makushita  2-e 7-0    kachikoshi avec yûshô
    Kirinoumi    Makushita 18-o 4-3    kachikoshi
    Ryûhô      Makushita 19-e 4-3    kachikoshi
    Hoshitango   Makushita 32-o 5-2    kachikoshi
    Kirinofuji   Makushita 55-o 4-3    kachikoshi
     

    Kirinowaka   Sandanme  27-o 4-3    kachikoshi
    Hakuba       Sandanme  40-o 4-3    kachikoshi
    Yamaryû      Sandanme  68-o 2-5

    Shirasawa    Jonidan   30-o         absent
    Kirinishiki  Jonidan   48-o 4-3    kachikoshi
    Higonishiki  Jonidan   54-o 5-2    kachikoshi
    Sakurajima   Jonidan   69-o 2-5
    Narahashi    Jonidan   96-o         absent
    Narui        Jonidan  105-o 5-2    kachikoshi
    Kirinobori   Jonidan  111-o 3-4

    Kirizakura   Jonokuchi  5-o 5-2    kachikoshi
    Uchiyama     Jonokuchi  9-e 3-4
    Kijima       Jonokuchi 24-o 1-0-6absences

    .
    Classé par ordre de résultats, cela donne :

    7-0        Toyozakura
    5-2        Hoshitango /  Higonishiki  /  Narui  /  Kirizakura
    4-3        Kirino-umi  /  Ryûhô  /  Kirinofuji  /  Kirinowaka  /  Hakuba  /  Kirinishiki
    -------------
    6-9        Jûmonji
    3-4        Kirinobori  /  Uchiyama
    2-5        Yamaryû  /  Sakurajima

    Classé à part, Kijima avec ses 6 absences : 1-0
    Trois absents :  Narahashi, Shirasawa et Harada

    11 lutteurs ont donc un résultat égal ou supérieur au kachikoshi, contre seulement 5 qui n'atteignent pas ce score (dont deux avec un score "proche" du kachikoshi et seulement deux autres avec un score faible).

    Autres informations

  • Dans la revue Oozumô de mai (N°5), rubrique "Petites histoires d'hier et d'aujourd'hui", il est fait mention des difficultés d'un maître de heya, qui a la charge d'éduquer ses disciples en les intégrant dans un cadre censé se substituer à la cellule familiale.  Or, à leur entrée dans une heya, à quinze ans, les disciples sortent en général à peine de l'enfance, après avoir juste terminé leur scolarité obligatoire, et il incombe au maître non seulement de les former physiquement à la pratique du sumô, mais également d'assurer la continuité de l'éducation générale à la place des parents et du milieu scolaire, comme s'il s'agissait d'élever ses propres enfants.  Les problèmes pratiques sont donc complexes.

  • Comme exemple, on cite Michinoku qui explique qu'à cet âge on aime sortir le soir (alors que le règlement prévoit que les portes ferment à 10 heures et que les lumières soient éteintes à 11 heures).  Il relate sa propre expérience en affirmant qu'il lui est arrivé plusieurs fois de passer des nuits blanches à l'extérieur et de rentrer au petit matin en tapinois pour se mettre à l'entraînement sans avoir fermé l'oeil.  C'était dur le lendemain, mais comme il tenait à refaire pareil le soir, il faisait de son mieux pour ne jamais faillir à l'entraînement.  Il imaginait que personne ne s'était aperçu de son escapade, mais au bout de quelques jours, à son retour au petit matin, il avait trouvé un avertissement de son oyakata sous forme de petit mot devant sa couchette : "interdiction de sortir dorénavant".  Il en était tout stupéfait d'avoir été découvert.
    Le texte est illustré par une photo montrant un Kirishima avec un air particulièrement coquin (et la légende : "Kirishima, lui, passer ses nuits dehors ?!!!")
    Il est certain que, de nos jours, on ne se montrerait pas à l'entraînement quand on aura passé une nuit blanche à l'extérieur...

    Dans un registre un peu plus sérieux, on trouve un photo de Michinoku dans la revue NHK Stella (mai) en tant que commentateur des émissions de sumô.
     
     

    (au 15 mai)
    Kijima qui comptait être présent au basho change d'avis et est absent.  Au basho suivant, il sera rayé du classement.
    Tochitani part définitivement : son départ a été enregistré fin mars et publié dans les revues en mai.

    (au 8 mai)
    Le basho commence ce dimanche 12 mai et les résultats au jour le jour seront donnés dans le tableau Résultats détaillés du basho de mai.
    On peut d'ores et déjà signaler l'absence de Harada, de Narahashi et de Shirasawa, qui ont tous trois déserté la heya.
    Michinoku sera chargé du commentaire des combats sur NHK le lundi 13 mai (jour 2) et le dimanche 19 sur le Digest.  Il assure également un commentaire radiodiffusé du sixième jour (vendredi 17 mai) (radio Japon internationale de NHK).
     
     

    Dernières nouvelles d'avril 2002

    (au 24 avril)
    Le nouveau banzuke pour la saison de mai est sorti ce jour.  Le classement des lutteurs de la heya est le suivant :

    Maegashira   9-o     Jûmonji

    Makushita    2-e     Toyozakura
    Makushita   18-o     Kirinoumi
    Makushita   19-e     Ryûhô
    Makushita   32-o     Hoshitango
    Makushita   55-o     Kirinofuji
     

    Sandanme    27-o     Kirinowaka (ex. Okamoto)
    Sandanme    40-o     Hakuba
    Sandanme    68-o     Yamaryû

    Jonidan     30-o     Shirasawa
    Jonidan     48-o     Kirinishiki
    Jonidan     54-o     Higonishiki (ex. Tosa)
    Jonidan     69-o     Sakurajima
    Jonidan     96-o     Narahashi
    Jonidan    105-o     Narui
    Jonidan    111-o     Kirinobori

    Jonokuchi    5-o     Kirizakura (ex.Suenaga)
    Jonokuchi    9-e     Uchiyama
    Jonokuchi   24-o     Kijima
     

  • Jûmonji se retrouve dans la catégorie des champions du maku-uchi.
  • Toyozakura se retrouve à deux crans de la catégorie de jûryô; il s'agit pour lui de ne plus laisser passer sa chance une fois de plus.  Kirinofuji, lui remonte dans la catégorie supérieure.  Kirinoumi, Kirinishiki et Sakurajima se trouvent à leur rang le plus élevé.
  • Il est à souligner que Suenaga change de nom et devient Kirizakura Tsuyoshi.
  • Harada est rayé du classement.
  • Le basho commencera le 12 mai à Tôkyô.  Le détail  des résultats de la heya sera donné jour par jour.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Autres informations
    Rappelons que le 3 avril a été l'anniversaire du oyakata, qui a fêté ce jour ses 43 ans.
    Dans la revue Oozumô d'avril qui relate le tournoi de golf qui a eu lieu après le basho d'Osaka, on trouve deux photos du oyakata (l'une sur une photo de groupe et l'autre en pose d'attaque de la balle).
     
     

    Dernières nouvelles de mars 2002

    (au 26 mars)

    Résultats du basho de mars
    Le basho de mars est terminé depuis dimanche.  Ce qui distingue ce basho ce sont des résultats exceptionnellement prometteurs qui se sont prolongés jusque vers les derniers jours, pour fléchir soudain vers la fin d'une manière inattendue : la plupart des membres (11 d'entre eux) ont perdu leur dernier combat (contre 6 seulement qui l'ont gagné), ce qui fait chuter considérablement le score moyen.  Par contre, il faut se souvenir tout particulièrement des résultats très forts de Toyozakura (qui aligne six victoires successives après une perte au début), ainsi que la prouesse de Jûmonji (qui réunit 11 victoires à ce rang élevé et n'a manqué le Grand Prix de jûryô que d'une seule victoire...)

    Par ordre hiérarchique, les résultats se présent comme suit.  Le détail, jour par jour de ces données se trouve à la page  Résultats détaillés du basho de mars.

    Jûmonji        jûryô 2-o        11-4    kachikoshi

    Toyozakura     makushita 12-o    6-1    kachikoshi
    Hoshitango     makushita 24-o    3-4
    Kirino-umi     makushita 33-o    5-2    kachikoshi
    Ryûhô          makushita 34-e    5-2    kachikoshi

    Kirinofuji     sandanme  3-o     4-3    kachikoshi
    Kirinowaka     sandanme 11-e     3-4
    Hakuba         sandanme 14-e     2-5
    Yamaryû        sandanme 87-o     4-3    kachikoshi

    Higonishiki    jonidan  37-o     3-4
    Shirasawa      jonidan  73-o     5-2    kachikoshi
    Narui          jonidan  88-o     3-4
    Kirinishiki    jonidan  93-o     5-2    kachikoshi
    Sakurajima     jonidan  94-o     4-3    kachikoshi
    Kirinobori     jonidan  98-o     3-4
    Suenaga        jonidan 110-o     2-5

    Uchiyama       jonokuchi 15-e    3-4
     

    Par ordre de résultat, cela donne :

    6-1    Toyozakura
    11-4   Jûmonji

    5-2    Kirino-umi /  Ryûhô /  Shirasawa / Kirinishiki
    4-3    Kirinofuji /  Yamaryû /  Sakurajima

    3-4    Hoshitango /  Kirinowaka / Higonishiki / Narui / Kirinobori / Uchiyama

    2-5    Hakuba / Suenaga

    (Absents : Narahashi, Kijima, Harada et Tochitani)
     

    (au 12 mars)
    C'est aujourd'hui que Michinoku assure le commentaire en direct sur NHK  (dimanche se sera le digest sur Asahi-TV).
    Plusieurs absents bien avant le début du basho :  Narahashi, Tochitani et Harada.
    Kijima a eu un accident la veille du basho et s'est cassé la jambe (aucune perspective de pouvoir participer au basho).
    Narui se trouve avec une joue enflée dont on ignore l'origine (depuis ce matin).  Ceci risque fort de lui poser des problèmes.
    Les deux seuls vraiment en forme semblent être Jûmonji et Kirinoumi...
     
     

    Dernières nouvelles de février 2002

    (au 25 février)
    Dans le nouveau banzuke paru ce jour, le classement des lutteurs de la heya s'établit comme suit :

    Jûryô     2-o     Jûmonji

    Makushita   12-o     Toyozakura
    Makushita   24-o     Hoshitango
    Makushita   33-o     Kirinoumi
    Makushita   34-e     Ryûhô
     

    Sandanme     3-o     Kirinofuji
    Sandanme    11-e     Kirinowaka (ex. Okamoto)
    Sandanme    14-e     Hakuba
    Sandanme    87-o     Yamaryû

    Jonidan     25-e     Narahashi
    Jonidan     37-e     Higonishiki (ex. Tosa)
    Jonidan     73-o     Shirasawa
    Jonidan     88-o     Narui
    Jonidan     93-o     Kirinishiki
    Jonidan     94-o     Sakurajima
    Jonidan     98-o     Kirinobori
    Jonidan    103-o     Kijima
    Jonidan    110-o     Suenaga

    Jonokuchi   15-e     Uchiyama
    Jonokuchi   15-o     Harada
     

  • On peut ajouter que Kirinoumi, Hakuba et Kijima se trouvent à leur rang le plus élevé.
  • Le basho commencera le 10 mars à Osaka.  Le détail  des résultats de la heya sera donné jour par jour.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    (au 17 février)
    C'est aujourd'hui que le premier groupe se rend à Osaka pour préparer la heya en vue du basho de mars (qui commence le 10).  Les autres suivront le dimanche prochain (24 février).

    Ce mois-ci, on relève deux articles sur Kirishima dans les revues spécialisées :
    -  L'un, dans la revue Oozumô, sous la rubrique "Petites histoires d'hier et d'aujourd'hui" avec le titre Waruyoi (L'alcool mauvais) raconte à quel point Kirishima, dans sa jeunesse, était timide et perdait tous ses moyens sur la scène devant le public. C'est pourquoi son maître Izutsu, ex-Tsurugamine, commençait à s'inquiéter en le voyant patauger pendant des années dans les rangs inférieurs.  Un beau jour, son maître avait imaginé de lui faire avaler une énorme chope de saké, juste avant le combat, escomptant que cela allait le décontracter en lui faisant oublier l'environnement.   Or, le résultat fut inattendu:   Kirishima, bien que ragaillardi par l'alcool, se mit à tituber sur ses jambes et avait perdu le sens de l'orientation.  Il en essuya une perte de plus et la gueule de bois qui s'ensuivait ajouté à sa mauvaise humeur d'avoir perdu lui laissèrent un souvenir des plus exécrables.  Il se jura de ne plus se laisser enivrer et en particulier avant de monter sur la scène!  (article accompagné d'une photo de Kirishima dans ses jeunes années)
    - L'autre article se trouve dans la revue Sumô,  dans la nouvelle rubrique "Les aspects romanesques du monde du sumô -- cette victoire si durement gagnée", avec le titre Kaasan, omatase... Kirishima (Kirishima :  Maman, je t'ai fait tant attendre...).  Une longue histoire sur trois pages illustrées de dessins au crayon, qui décrit les débuts difficiles et l'affection de Kirishima pour sa mère, en particulier son amertume et sa peine inconsolable de n'avoir pas pu répondre à son attente de son vivant.  Sa révolte contre le sort qui a voulu qu'elle meure avant qu'il puisse la tranquilliser sur ses capacités et aussi son sentiment de culpabilité qu'il lui fait imaginer que sa mère est morte à force de s'inquiéter sur son compte...  Elle est morte à peine trois basho (4 mois et demi) avant son entrée dans le maku-uchi et 38 basho avant sa promotion en ôzeki.   Un drame personnel qui continue à hanter les cauchemars de son subconscient.
    Par ailleurs, l'article reprend différentes situations qui apparaissent déjà dans les Mémoires qu'a publiées Kirishima.  Parmi les anecdotes nouvelles, on apprend que dans son combat décisif, juste avant d'être promu en jûryô (la première fois - mars 1982), l'arbitre avait hésité pour trancher et le jury s'était mis à débattre (monoii) pour désigner le vainqueur.  C'est à ce moment là qu'une voix s'est élevée dans la salle :  "Mais c'est Kirishima qui a gagné, c'est clair !  Que regarde donc le jury (s'il trouve encore nécessaire de se poser la question)?".  Et cette intervention fut saluée par une salve d'applaudissement du reste du public, si bien que le jury se sentit obligé de déclarer la victoire à Kirishima par utchari.  C'est grâce à cette victoire (et à cette intervention) que Kirishima eut enfin sa promotion.  On précise aussi que c'est depuis cette époque que le public commençait à soutenir Kirishima de plus en plus ardemment.  Cette anecdote suggère d'ailleurs aussi qu'une telle situation n'était pas rare pour Kirishima, déjà à cette époque,  et que la négligence du jury lui avait causé bien des torts en lui faisant endosser des pertes indues.  Ce qui explique aussi en partie que son ascension ait tant traîné en longueur.
    Néanmoins, cet article insiste démesurément sur la sensibilité à fleur de peau de Kirishima, sur un ton qui peut provoquer un certain malaise chez le lecteur.  Même si cet aspect peut refléter une part de réalité chez Kirishima, il n'en constitue pas moins un trait accessoire.  Il faut donc garder à l'esprit que l'article ne s'adresse qu'à un lecteur informé qui connaît bien les autres traits de la personnalité de Kirishima (en particulier sa grande maîtrise de soi), et qu'il ne vise qu'à mettre en relief par contraste ce côté insolite, insoupçonné.  Il est indéniable qu'il faut une résistance et un endurcissement hors du commun pour pouvoir persister dans un tel métier...

    (au 2 février)

  • En ce début de février, on ne peut s'empêcher de se souvenir de ce samedi 1er février, où l'oyakata, alors simplement connu sous son nom de Kirishima, donnait sa cérémonie de Danpatsu-shiki... il y a de cela cinq ans maintenant.   (il est grand temps de réunir les documents de cette inoubliable cérémonie - ce qui sera fait dans les semaines qui suivent).
  • Parmi les nouvelles de ces dernières semaines, on peut signaler que Shikishima possède maintenant le titre d'ancien de Tatsutagawa, qui normalement devrait lui conférer le droit de rester comme membre permanent au sein de l'association de sumô (alors que son titre précédent n'avait qu'une validité limitée à deux ans).  Toutefois, certains problèmes subsistent encore pour la pérennité de ce droit.

  •  
  • Résultats du basho de janvier

  • Les scores finaux se présentent comme suit dans l'ordre du classement.  Le détail, jour par jour, de ces résultats se trouve à la page "Résultats détaillés du basho de janvier".
    Maegashira  14-o     Jûmonji            6-9

    Makushita    6-o     Toyozakura         3-4
    Makushita   29-o     Kirinofuji         0-7
    Makushita   34-e     Hoshitango         5-2    kachikoshi
    Makushita   39-e     Ryûhô              4-3    kachikoshi
    Makushita   47-e     Kirinoumi          5-2    kachikoshi
     

    Sandanme    22-e     Kirinowaka         4-3    kachikoshi
    Sandanme    27-o     Hakuba             4-3    kachikoshi
    Sandanme    70-e     Yamaryû           3-4
    Sandanme    96-e     Narahashi          2-5

    Jonidan      3-e     Higonishiki        2-5
    Jonidan     73-e     Narui              3-4
    Jonidan     73-o     Shirasawa          (absent)
    Jonidan     95-e     Suenaga            3-4
    Jonidan    113-e     Harada             1-6

    Jonokuchi    1-o     Uchiyama           2-5
    Jonokuchi   15-o     Kijima             4-3    kachikoshi
    Jonokuchi   30-e     Kirinishiki        5-2    kachikoshi
    Jonokuchi   30-o     Sakurajima         5-2    kachikoshi
    Jonokuchi   34-e     Kirinobori         5-2    kachikoshi

    Dans l'ordre des résultats, cela donne :
    5-2        Hoshitango,  Kirinoumi,  Kirinishiki,  Sakurajima,  Kirinobori
    4-3        Ryûhô,  Kirinowaka,  Hakuba,  Kijima
    -----------
    3-4        Toyozakura,  Yamaryû,  Narui,  Suenaga,
    6-9        Jûmonji
    2-5        Narahashi,  Higonishiki,  Uchiyama
    1-6        Harada
    0-7        Kirinofuji
    (et deux absents : Shirasawa et Tochitani)
     
     

    Dernières nouvelles de janvier 2002

    (au 12 janvier)
    Le basho commence demain.  Un absent :  Shirasawa, dont la rupture des ligaments (jambe gauche) n'est pas encore rétablie.  A rappeler : Michinoku sera présent comme commentateur (sur NHK) le lundi 14 (jour 2), et également le dimanche 20 (jour 8) dans le Sumô Digest (TV Asahi, soir) en différé, comme d'habitude.

    Dans la revue NHK Stella de ce mois de janvier, une interview de Michinoku oyakata (avec photo), une page intitulée Deshi wo sodateru (Former des disciples), qui relate les réflexions à ce propos de l'oyakata et nous rappelle que la Michinoku-beya a maintenant déjà quatre ans.  Michinoku commence par décrire ses principes : enseigner le savoir-vivre d'une part et éduquer physiquement les gens pour obtenir une constitution à toute épreuve capable de tenir le coup sans se blesser.  Il tient à favoriser le développement de la personnalité individuelle, pour exploiter davantage les qualités propres à chacun afin de les mettre en valeur au détriment des défauts.  Son désir le plus cher est de fonder un espace où chacun puisse s'épanouir et où la communication coule facilement, ce qui n'est pas encore le cas actuellement ("les moments agréables sont brefs").  Il constate que sa façon rude de s'exprimer passe pour de la sévérité aux yeux de ses disciples.  Au cours de ces quatre années, les moments difficiles ont été fréquents, cependant quels que soient les résultats estime-t-il l'apprentissage se fait par l'accumulation, jour après jour, de l'expérience, et celle-ci aboutit forcément à quelque chose de bénéfique.
     
     

    Dernières nouvelles de décembre 2001

    (au 10 décembre)
    La revue Sumô (mois de décembre) comporte un article commémoratif de deux pages sur Kirishima, intitulé "Autour de la biographie de Kirishima -- les liens étranges qui se tissent dans le sumô".  Il relate l'impact inattendu qu'a eu son livre Fumareta Mugi wa tsuyoku naru (Edition The Masada), traduit en Français sous le titre Mémoires d'un lutteur de sumô (Edition Picquier), qui a touché "des dirigeants du monde entier" pour les vérités profondes qui s'en dégagent.  On y rappelle notamment l'anecdote de notre président, Monsieur Chirac faisant cadeau du livre à l'ancien Premier Ministre, M. Hashimoto lors de sa visite en France.  A cette époque, M. Hashimoto qui venait de démissionner traversait une crise de remise en question et les points communs qu'il relevait dans le livre l'avaient profondément bouleversé et lui avaient redonné courage pour ne pas céder au découragement et continuer avec persévérance sa vie en faisant de son mieux quel que soit le résultat obtenu.  L'article se termine sur la conclusion que, de nos jours, le sumô qui se trouve en plein déclin, devrait prendre exemple sur certains des principes qui se dégagent de ce livre pour retrouver un peu de son panache...
    Une telle conclusion est fort élogieuse, et fait un peu oublier la première partie de l'article, bien plus décevante, où l'auteur tente de définir par deux trois lieux communs ce qu'il estime constituer le charisme de Kirishima.

    (au 25 décembre)
    Dans le nouveau banzuke paru ce jour, le classement des lutteurs de la heya s'établit comme suit :

    Maegashira  14-o     Jûmonji

    Makushita    6-o     Toyozakura
    Makushita   29-o     Kirinofuji
    Makushita   34-e     Hoshitango
    Makushita   39-e     Ryûhô
    Makushita   47-e     Kirinoumi
     

    Sandanme    22-e     Kirinowaka (ex. Okamoto)
    Sandanme    27-o     Hakuba
    Sandanme    70-e     Yamaryû
    Sandanme    96-e     Narahashi

    Jonidan      3-e     Higonishiki (ex. Tosa)
    Jonidan     73-e     Narui
    Jonidan     73-o     Shirasawa
    Jonidan     95-e     Suenaga
    Jonidan    113-e     Harada

    Jonokuchi    1-o     Uchiyama
    Jonokuchi   15-o     Kijima
    Jonokuchi   30-e     Kirinishiki
    Jonokuchi   30-o     Sakurajima
    Jonokuchi   34-e     Kirinobori
    (Hors classement) :   Tochitani

    Le point le plus marquant de ce nouveau classement est incontestablement la promotion en makushita de Kirinofuji, qui dépasse ainsi la quasi-totalité de ses aînés.  Une montée remarquable.
    La promotion en sandanme de Narahashi est le second point qui mérite l'attention.

    Par ailleurs, on peut signaler aussi :
    - Retour en maku-uchi de Jûmonji (ce qui était prévisible)
    - Retour dans le grade de makushita de Kirinoumi
    - Retour dans le classement (tout au bas de l'échelle) des trois absents de longue date (Kirinishiki, Sakurajima et Kirinobori)
     

  •  5 lutteurs de trouvent classés à leur rang maximal :  Kirinofuji, Hakuba, Naharashi, Suenaga et Harada
  •  Noter le changement de nom de Tosa en Higonishiki
  •  Le basho commencera le 13 janvier à Tôkyô.  Le détail  des résultats de la heya sera donné jour par jour.

  •  

     
     














    Dernières nouvelles de novembre 2001

    (au 27 novembre)
    Le basho de Kyûshû à Fukuoka vient de se terminer le 25.
    Le point marquant de ce basho a été le Grand Prix de sandanme (sandanme yûshô) remporté par Kirinofuji (ex. Fujimoto), et ce avec un score parfait de 7 victoires (zéro défaites!).  C'est le second Grand Prix obtenu par la heya dans cette même année : on se souvient de celui remporté par Hakuba en janvier (également avec un score parfait de 7 victoires) dans la catégorie de jonidan.   L'année se clôture donc dans une atmosphère positive, qui fait un peu oublier certains résultats beaucoup moins évidents.
    Il est rappelé, qu'après la semaine de congé qui suit le basho, le groupe ne rentrera pas directement à Tokyo, mais s'installera pour deux semaines au pays natal de l'oyakata, à proximité de Kagoshima où il donnera  quelques représentations (à partir du 1er décembre).  Pour tous  renseignements, s'adresser à la Mairie de Makizono-chô.

    Les scores finaux se présentent comme suit dans l'ordre du classement.  Le suivi jour par jour de ces résultats se trouve à la page "Résultats détaillés du basho de Kyûshû".

    Jûryô        2-e     Jûmonji                 8-7    kachikoshi

    Makushita    2-o     Toyozakura              3-4
    Makushita   23-o     Hoshitango              3-4
    Makushita   24-e     Ryûhô                   2-5

    Sandanme     9-e     Kiri-no-waka (Okamoto)  3-4
    Sandanme    28-e     Kiri-no-umi (Akinosato) 6-1    kachikoshi
    Sandanme    40-o     Hakuba                  4-3    kachikoshi
    Sandanme    48-o     Kirinofuji              7-0    sandanme yûshô
    Sandanme    53-e     Yamaryû                 3-4
    Sandanme    73-e     Tosa                    2-5

    Jonidan     18-e     Shirasawa               0-2-5 abs.
    Jonidan     28-o     Narahashi               5-2    kachikoshi
    Jonidan     44-o     Narui                   2-5
    Jonidan    117-e     Uchiyama                3-4
    Jonidan    117-o     Kijima                  1-6
    Jonidan    120-e     Suenaga                 4-3

    Jo-no-kuchi 25-e     Harada                  4-3
    Jo-no-kuchi 25-o     Tochitani               absent

    Hors classement      Kirinobori              mae-zumô
    Hors classement      Kirinishiki             mae-zumô
    Hors classement      Sakurajima              mae-zumô
     

    Par ordre de résultats, cela donne :

    7-0  avec yûshô    Kirinofuji
    6-1                Kirino-umi
    5-2                Narahashi
    8-7                Jûmonji
    4-3                Hakuba, Suenaga, Harada

    ---------

    3-4                Toyozakura, Hoshitango, Kiri-no-waka, Yamaryû, Uchiyama
    2-5                Ryûhô, Tosa, Narui
    1-6                Kijima
    0-2-5 abs.         Shirasawa

    Au basho suivant, on aura le plaisir de retrouver les trois grands absents de ces derniers basho (Kirinobori, Kirinishiki et Sakurajima) qui viennent de repasser tous trois leurs épreuves d'admission (mae-zumô).
    En ce qui concerne la danpatsu-shiki de Shikishima (qui a eu lieu le 30 septembre dernier),  les trois magasines japonais -- Oozumô, Sumô et NHK Stella -- lui consacrent tous les trois une page illustrées de quelques photos.

    (au 23 novembre)

    Kirinofuji remporte le Grand Prix (yûshô) de sandanme ce jour, avec un résultat de 7 gains (0 pertes).

    (au 13 novembre)

    Ce jour ont eu lieu les  premières épreuves de mae-zumô, pour les candidats qui débutent tout fraîchement et aussi pour ceux qui doivent recommencer à zéro après avoir été rayés du banzuke : c'était le cas pour les trois blessés de la Michinoku-beya -- Kirinobori, Sakurajima et Kirinishiki -- qui ont tenté leur chance dans ce premier jour de combat.  Les deux premiers s'en sont sortis vainqueurs, mais Kirinishiki a perdu son combat.  L'état de santé de tous les trois laisse encore bien à désirer, et il n'est pas sûr qu'ils seront en mesure de persister jusqu'au bout dans les épreuves.

    Par ailleurs, Tochitani, l'inadapté du groupe, est absent pour ce basho.
     
     

    Dernières nouvelles d'octobre 2001

    (au 29 octobre)
    Dans le nouveau banzuke paru ce jour, le classement des lutteurs de la heya s'établit comme suit :

    Jûryô        2-e     Jûmonji

    Makushita    2-o     Toyozakura
    Makushita   23-o     Hoshitango
    Makushita   24-e     Ryûhô

    Sandanme     9-e     Kirinowaka (ex. Okamoto)
    Sandanme    28-e     Kirino-umi (ex.Akinosato)
    Sandanme    40-o    Hakuba
    Sandanme    48-o     Kirinofuji
    Sandanme    53-e     Yamaryû
    Sandanme    73-e     Tosa

    Jonidan     18-e     Shirasawa
    Jonidan     28-o     Narahashi
    Jonidan     44-o     Narui
    Jonidan    117-e     Uchiyama
    Jonidan    117-o     Kijima
    Jonidan    120-e     Suenaga

    Jo-no-kuchi 25-e     Harada
    Jo-no-kuchi 25-o     Tochitani


    Remarques :

  • Pas de changements notables dans les grandes lignes de ce banzuke; chez les jeunes, Kirinowaka reste toujours en tête.  On remarque que six membres sont à leur rang le plus élevé :  Kirinowaka (en sandanme),  Shirasawa, Narahashi, et Narui (en jonidan), suivis par Uchiyama et Kijima.  On ne distingue plus que deux lutteurs en jonokuchi, tout le reste se trouvant promu aux rangs supérieurs (six jonidan, six sandanme, et trois makushita plus un jûryô).
  • Deux autres qui sont maintenant rayés du banzuke -- Kirinobori et Sakurajima --, en plus de Kirinishiki.
  • Le basho commencera le 11 novembre à Fukuoka (Kyûshû).  Le détail  des résultats de la heya sera suivi jour par jour.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    (au 18 octobre)

  •   Le groupe vient d'arriver ce jour à Fukuoka, près de deux semaines en avance sur les autres heya.  Il est aussi prévu qu'il restera sur place à Kyûshû plus longtemps que les autres, jusqu'à la mi-décembre (15/16 décembre).  En effet, après la fin du basho de Kyûshû (11-25 novembre), le groupe s'installera à Makizonochô, pays natal de Kirishima (à une trentaine de kilomètres de Kagoshima), et profitera de l'occasion pour donner quelques représentations ouvertes au public à partir du 1er décembre.  Pour tous renseignements sur le programme de ces représentations ainsi que les réservations de places, s'adresser à la Mairie de Makizonochô.
  •   Le nouveau banzuke pour la saison de novembre sortira le 29 octobre.
  •   La danpatsu-shiki de Shikishima, qui s'est déroulée le mois dernier, s'est fait remarquer par le nombre extraordinaire de personnalités qui ont eu le privilège de couper une mèche dans la chevelure de l'intéressé : plus 400 personnes !  Une page spéciale consacrée à la cérémonie sera ouverte prochainement.

  •  

     
     












    Dernières nouvelles de septembre 2001

    (au 9 septembre)

  • Il est rappelé que la cérémonie de coupe des cheveux (danpatsu-shiki) de Shikishima aura lieu le 30 septembre dans le Kokugikan.

  • Une nouvelle page "Résultats détaillés du basho de septembre 2001" (en japonais et en français) est créée en date du 9 septembre et est mise à jour quotidiennement en fonction des résultats du basho.
     
     

    (au 24 septembre)
    Le basho de septembre à Tôkyô vient de se terminer.  Les scores finaux se présentent comme suit.

    Jûryô        2-e     Jûmonji                 absent

    Makushita    4-e     Toyozakura              4-3    kachikoshi
    Makushita   11-o     Hoshitango              2-5
    Makushita   27-o     Ryûhô                   4-3    kachikoshi

    Sandanme    20-o     Kiri-no-waka (Okamoto)  4-3    kachikoshi
    Sandanme    30-e     Kirinofuji              3-4
    Sandanme    35-e     Yamaryû                 3-4
    Sandanme    38-e     Tosa                    1-6
    Sandanme    41-o     Kiri-no-umi (Akinosato) 4-3    kachikoshi
    Sandanme    51-o     Hakuba                  4-3    kachikoshi

    Jonidan     39-o     Shirasawa               4-3    kachikoshi
    Jonidan     52-e     Narahashi               4-3    kachikoshi
    Jonidan     66-o     Narui                   4-3    kachikoshi
    Jonidan    106-e     Suenaga                 3-4

    Jo-no-kuchi 16-e     Harada                  2-5
    Jo-no-kuchi 19-e     Tochitani               2-5
    Jo-no-kuchi 24-o     Uchiyama                4-3    kachikoshi
    Jo-no-kuchi 26-e     Kijima                  4-4    kachikoshi
    Jo-no-kuchi 38-e     Sakurajima               absent
    Jo-no-kuchi 4O-o     Kirinobori               absent
    Hors classement      Kirinishiki              absent

    Par ordre de résultat, cela donne :

    4-3                Toyozakura, Ryûhô, Kiri-no-waka, Kiri-no-umi, Hakuba, Shirasawa, Narahashi, Narui, Uchiyama, Kijima

    ---------

    3-4                Kirinofuji, Yamaryû, Suenaga
    2-5                Hoshitango, Harada, Tochitani
    1-6                Tosa

    et 4 absents

    Ces résultats se révèlent beaucoup moins remarquables que ceux du basho précédent : aucun score vraiment exceptionnel, malgré le chiffre de  10 kachikoshi.  Ceci doit être imputé au niveau de classement plus élevé des intéressés : la majorité se situe maintenant dans les rangs de tête de sandanme et de jonidan, des positions où le professionnalisme commence à jouer.  On peut estimer que ceci représente déjà une grande étape franchie pour une toute jeune heya qui vient à peine de dépasser ses trois ans d'existence.
     
     

    Dernières nouvelles d'août 2001

    (au 28 août)
    Dans le nouveau banzuke paru le 27, le classement des lutteurs s'établit comme suit :

    Jûryô        2-e     Jûmonji

    Makushita    4-e     Toyozakura
    Makushita   11-o     Hoshitango
    Makushita   27-o     Ryûhô

    Sandanme    20-o     Okamoto (sous son nouveau shikona : Kiri-no-waka)
    Sandanme    30-e     Kirinofuji (nouveau caractère pour "fuji")
    Sandanme    35-e     Yamaryû
    Sandanme    38-e     Tosa
    Sandanme    41-o     Akinosato (sous son nouveau shikona : Kiri-no-umi)
    Sandanme    51-o     Hakuba

    Jonidan     39-o     Shirasawa
    Jonidan     52-e     Narahashi
    Jonidan     66-o     Narui
    Jonidan    106-e     Suenaga

    Jo-no-kuchi 16-e     Harada
    Jo-no-kuchi 19-e     Tochitani
    Jo-no-kuchi 24-o     Uchiyama
    Jo-no-kuchi 26-e     Kijima
    Jo-no-kuchi 38-e     Sakurajima
    Jo-no-kuchi 4O-o     Kirinobori


    Remarques :

  • Signalons l'absence de Jûmonji pour le basho de septembre : il récupère de sa blessure du basho dernier tout en se remettant aux exercices allégés.  Un congé lui a été accordé officiellement.  Toutefois, perdant son grade de maku-uchi, il se trouve maintenant en jûryô.
  • Il y a 3 changements de nom :

  •         Okamoto devient Kiri-no-waka
            Akinosato devient Kiri-no-umi
            Kiri-no-fuji (Fujimoto) remplace les deux derniers caractères de son  nom ("fuji") par un caractère unique de même prononciation (sens de "glycine" tiré de son nom de naissance).
  • Dans ce nouveau classement Kiri-no-waka figure en tête de liste des jeunes suivi par Kiri-no-fuji, lui-même suivi de près par Yamaryû et Tosa.

  • Pour la curiosité, on peut signaler que le dohyô de la salle d'entraînement vient d'être refait à neuf et inauguré la semaine dernière.
     
     

    Dernières nouvelles juillet 2001

    (au 27 juillet)
    Cette saison de Nagoya (du 8 au 22 juillet) se distingue par l'homogénéité et la  bonne moyenne des  résultats obtenus par les membres de la heya.  On peut estimer qu'il s'agit là d'une saison exceptionnelle, si l'on ose se permettre une telle expression malgré la situation pénible qu'a connue Jûmonji durant toute la saison, qui se trouve actuellement hospitalisé à la suite d'un accident malheureux l'avant-dernier jour du basho,où il se blesse gravement à la hanche.
    Ces résultats se présentent comme suit, par ordre de classement:

    Maku-uchi  9-e    Jûmonji          4/11 (dont 1 perte par défaut)

    Makushita  9-o    Toyozakura        5/2  (kachikoshi)
    Makushita 14-e    Hoshitango        4/3  (kachikoshi)
    Makushita 43-o    Ryûhô             5/2  (kachikoshi)

    Sandanme   6-e    Kirinofuji        2/5
    Sandanme  34-e    Hakuba            3/4
    Sandanme  35-e    Okamoto           4/3  (kachikoshi)
    Sandanme  58-o    Akinosato         4/3  (kachikoshi)
    Sandanme  95-e    Yamaryû           6/1  (kachikoshi)
    Sandanme  99-e    Tosa              6/1  (kachikoshi)

    Jonidan   36-e    Waka-arashi            (absent)
    Jonidan   80-o    Shirasawa         5/2  (kachikoshi)
    Jonidan   86-o    Narui             4/3  (kachikoshi)
    Jonidan   90-e    Sakurajima             (absent)
    Jonidan   94-e    Narahashi         5/2  (kachikoshi)
    Jonidan  108-o    Kirinobori             (absent)

    Jonokuchi  7-o    Suenaga           4/1/2 abs. (kachikoshi)
    Jonokuchi 13-o    Harada            3/4
    Jonokuchi 16-o    Kijima            2/5
    Jonokuchi 17-e    Tochitani         3/4
    Jonokuchi 28-e    Uchiyama          3/4

    hors classement   Kirinishiki            (absent)

    Par ordre de résultat, cela donne :

    6/1        Yamaryû,  Tosa

    5/2        Toyozakura,  Ryûhô,  Shirasawa,  Narahashi

    4/1/ (+2 absences)    Suenaga

    4/3        Hoshitango,  Okamoto,  Akinosato,  Narui,

       ----------------------------

    3/4        Hakuba,  Harada,  Tochitani,  Uchiyama

    4/11     (dont 1 perte par défaut)    Jûmonji

    2/5        Kirinofuji,  Kijima

    Absents :  Waka-arashi,  Sakurajima,  Kirinobori,  Kirinishiki
     

    Autres nouvelles
     

  • Pour Shikishima, la cérémonie de coupe des cheveux (danpatsu-shiki) est maintenant fixée :  elle se déroulera le 30 septembre 2001, dans le Kokugikan à Tôkyô.  Avis à tous ceux qui souhaitent y assister ou y participer.  Tout le monde est bien venu.
  • La Michinoku-beya passera une dizaine de jours au frais, dans la montagne, à Ashikaga, dans le département de Tochigi, du 30 juillet au 10 août.

  •  

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    (au 12 juillet)

  • Une situation pas très rassurante en ce début de basho :  quatre absents  (Waka-arashi, Sakurajima, Kirinobori et Suenaga); et pour couronner le tout pas encore la moindre victoire pour Jûmonji, mais cinq défaites successives...

  •  
  • Pour ceux qui lisent le japonais, la revue japonaise Oozumô consacre, dans son numéro de juillet (n°7) qui vient de sortir, un article à la Michinoku-beya illustré par une dizaine de photos-couleur, dont quatre du oyakata (trois de l'époque où il était Kirishima) sous le titre "Waga heya, waga deshi, waga jinsei" (Ma heya, mes disciples, ma vie).  L'article commence par la description de la position géographique de la heya ("on ne saurait trouver plus proche du Kokugikan -- à 1 mn en face de la gare de Ryôgoku"), puis de l'intérieur (l'entrée avec ses mémorabilia, le dohyô source des toutes les joies et les peines, fascinant par le calme qui l'entoure); rapide aperçu des membres dirigeants et des lutteurs (avec Jûmonji en tête de file, dont on escompte qu'il se maintient dans le makuuchi); la suite de l'article est une interview du oyakata illustrée par une grande photo de Michinoku, 9ème du nom, dont la devise est "une heya où règne la joie et la bonne humeur" (une heya saine et équilibrée où on s'entraîne dur mais où on se sent chez soi et où s'épanouit la communication).  Les questions posées touchent notamment les principes de recrutement des disciples, les principes de formation (utilité de l'entraînement parallèle comme la musculation); suivies de sujets plus personnels, pour terminer sur un retour sur le passé, avec une question sur les combats qui restent dans le souvenir de Kirishima : celui qui a marqué sa promotion en jûryô contre Tochitsukasa - actuel Irumagawa oyakata ainsi que beaucoup de ses combats contre Konishiki.  Cette dernière partie est illustrée par une photo couleur d'un combat contre Konishiki, une de Kirishima à l'époque de makushita montrant sa minceur et une autre plus récente représentant son torse musclé développé grâce aux exercices de musculation.

  •  

     
     











    Dernières nouvelles juin 2001

    (au 25 juin)
    Dans le nouveau banzuke paru ce matin, le classement des lutteurs s'établit comme suit :

    - Shikishima figure maintenant comme "ancien", à la tête du classement et, une fois pleinement rétabli, il entamera sa nouvelle vie en se consacrant à la formation des jeunes dans la heya (un dossier spécial lui sera consacré prochainement).

    Maku-uchi    9-e     Jûmonji

    Makushita    9-o     Toyozakura
    Makushita   14-e     Hoshitango
    Makushita   43-o     Ryuhô
     

    Sandanme     6-e     Kirinofuji (ex-Fujimoto)
    Sandanme    34-e     Hakuba
    Sandanme    35-e     Okamoto
    Sandanme    58-o     Akinosato
    Sandanme    95-e     Yamaryû
    Sandanme    99-e     Tosa

    Jonidan     36-e     Waka-arashi
    Jonidan     80-o     Shirasawa
    Jonidan     86-o     Narui
    Jonidan     90-e     Sakurajima
    Jonidan     94-e     Narahashi
    Jonidan    108-o     Kirinobori

    Jo-no-kuchi  7-o     Suenaga
    Jo-no-kuchi 13-o     Harada
    Jo-no-kuchi 16-o     Kijima
    Jo-no-kuchi 17-e     Tochitani
    Jo-no-kuchi 28-e     Uchiyama


    Remarques :
    Le peloton de tête des jeunes est composé de Kirinofuji, Hakuba et Okamoto, tout en haut de l'échelon de sandanme (les deux premiers en sont actuellement à leur classement le plus élevé).  Tosa monte lui aussi pour la première fois dans le grade de sandanme. Yamaryû remonte en sandanme, mais est encore loin de retrouver son échelon le plus élevé.
    Parmi les nouvelles regrettables, Waka-arashi, perd son grade et tombe en jonidan.   Trois autres, Suenaga, Harada et Tochitani ont perdu leur grade en redescendant en jonokuchi.On constate aussi l'absence de Kirinishiki, rayé du classement en raison de ses absences.
     
     

    Dernières nouvelles mai 2001

    (au 27 mai)

       Les résultats obtenus par les lutteurs de la heya pour cette saison de mai qui s'achève aujourd'hui se présentent comme suit, par ordre de classement :

    Maku-uchi    7-e     Jûmonji            7/8

    Makushita    7-e     Hoshitango         3/4
    Makushita    9-o     Toyozakura       (absent)
    Makushita   34-e     Ryuhô              3/4
    Makushita   43-o     Shikishima (départ en retraite)

    Sandanme    21-e     Okamoto            3/4
    Sandanme    50-o     Hakuba             4/3  (kachikoshi)
    Sandanme    58-o     Akinosato        (absent)
    Sandanme    59-o     Kirinofuji         6/1  (kachikoshi)
    Sandanme    76-o     Waka-arashi      (absent)

    Jonidan     29-o     Yamaryû            5/2  (kachikoshi)
    Jonidan     36-o     Tosa               5/2  (kachikoshi)
    Jonidan     68-o     Shirasawa          3/4
    Jonidan     80-o     Narahashi          3/4
    Jonidan     95-e     Kirinobori         3/4
    Jonidan    115-e     Narui              4/3  (kachikoshi)
    Jonidan    119-o     Sakurajima         4/3  (kachikoshi)
    Jonidan    122-o     Suenaga            3/4
    Jonidan    129-e     Tochitani          2/5
    Jonidan    132-e     Harada             3/4

    Jo-no-kuchi  7-o     Kijima             3/4
    Jo-no-kuchi 13-o     Kirinishiki        (absent)
    Jo-no-kuchi 36-e     Uchiyama           3/4


    Par ordre de résultat, cela donne :

    6/1        Kirinofuji

    5/2        Yamaryû
                  Tosa

    4/3        Hakuba
                 Narui
                 Sakurajima

    ----------------------------

    7/8        Jûmonji

    3/4        Hoshitango
                 Ryûhô
                 Okamoto
                 Shirasawa
                 Narahashi
                 Kirinobori
                 Suenaga
                 Harada
                 Kijima
                 Uchiyama

    2/5        Tochitani
     

    (au 14 mai/15 mai)

    Shikishima

       C'est hier matin,  13 mai et premier jour du basho que Shikishima remet sa lettre de démission à son oyakata, qui avait tenté de le dissuader d'une telle décision depuis déjà plusieurs semaines.  Le même jour, l'oyakata transmet cette lettre à un arbitre qui se charge des formalités requises pour organiser la réunion des membres de la commission qui doivent décider du sort à réserver à l'intéressé.  Le conseil d'administration accepte la démission et décide de lui reconnaître le statut de "jun-toshiyori", situation qui lui permettra de continuer au sein de l'Association en se consacrant à la formation des jeunes. C'est donc ce jour (14 mai) dans l'après-midi qu'est annoncée officiellement la démission de Shikishima et une conférence de presse organisée le soir même.  Shikishima explique qu'il lui a fallu choisir entre continuer le sumô et continuer à vivre.
       Les modalités et la date de sa danpatsu-shiki (cérémonie de coupe des cheveux) restent encore à fixer.

       Le basho débute mal.  En dehors du départ de Shikishima, il y a quatre absences (Toyozakura, Akinosato, Wakaarashi et Kirinishiki).  En outre, le nouveau disciple qui devait passer son examen d'entrée pour cette saison vient de subir un sérieux problème à la tête, qui l'a empêché de se présenter aux examens préliminaires.
     
     

    Dernières nouvelles avril 2001

    (au 25 avril)

       Dans le nouveau banzuke, le classement des lutteurs de la heya se présente comme suit :

    Maku-uchi    7-e     Jûmonji

    Makushita    7-e     Hoshitango
    Makushita    9-o     Toyozakura
    Makushita   34-e     Ryuhô
    Makushita   43-o     Shikishima

    Sandanme    21-e     Okamoto
    Sandanme    50-o     Hakuba
    Sandanme    58-o     Akinosato
    Sandanme    59-o     Kirinofuji (ex-Fujimoto)
    Sandanme    76-o     Waka-arashi

    Jonidan     29-o     Yamaryû
    Jonidan     36-o     Tosa
    Jonidan     68-o     Shirasawa
    Jonidan     80-o     Narahashi
    Jonidan     95-e     Kirinobori
    Jonidan    115-e     Narui
    Jonidan    119-o     Sakurajima
    Jonidan    122-o     Suenaga
    Jonidan    129-e     Tochitani
    Jonidan    132-e     Harada

    Jo-no-kuchi  7-o     Kijima
    Jo-no-kuchi 13-o     Kirinishiki
    Jo-no-kuchi 36-e     Uchiyama

    Dernières nouvelles mars 2001

    (au 26 mars)

       Les résultats obtenus par les lutteurs de la heya depuis leur admission se résument comme suit (liste dans l'ordre du classement en mars) :

             Saison de Saison de Saison de Saison     Total cumulé jusqu'en mars 2001
      NOM    septembre novembre   janvier  de mars  Nombre total  Nombre de  Taux de gain
               2000      2000      2001      2001    de gains(G) présences(P)   (G/P)

    Jûmonji     9-6      5-10      8-7       9-6       242        430         56,3%
    Toyozakura  5-2      8-7       5-10     1-3-11     288        540         53,3%
    Shikishima  8-7      7-8      0-2-13     abs.      416        834         49,9%
    Hoshitango  6-1      3-4       3-4       5-2       374        699         53,5%
    Ryûhô       5-2      4-3       3-4       3-4       173        324         53,4%
    Akinosato   5-2      3-4      2-2-3     2-3-2      130        219         59,4%
    Hakuba      1-1-5    abs.      7-0       4-3        26         37         70,3%
    Okamoto     3-4      5-2       5-2       6-1        50         84         59,5%
    Kirinofuji  6-1      5-2       2-5       5-2        45         76         59,2%
    Waka-arashi 3-4      4-3       2-5       4-3        47         84         56,0%
    Yamaryû     4-3      4-3       2-5       1-6        96        210         45,7%
    Tosa        2-5      6-1       3-4       3-4        45         84         53,6%
    Shirasawa   4-3      4-3       5-2       2-5        41         80         51,3%
    Narahashi   3-4      5-2       3-4       3-4        61        126         48,4%
    Ikkyû       4-3      2-5       5-2    démission     40         77         51,9%
    Narui       4-3      4-3       5-2       1-6        37         84         44,0%
    Kirinishiki 5-2      3-4       3-4       abs.       47         98         48,0%
    Sakurajima  4-3      5-2      1-3-3      3-4        44        107         41,1%
    Kirinobori  1-6      4-3       2-5       4-3        68        154         44,2%
    Suenaga     2-5      4-3       2-5       3-4        33         84         39,3%
    Kijima      1-6      2-5       3-4       1-6        27         98         27,6%
    Tochitani   2-5      3-4       3-4       3-4        19         59         32,2%
    Harada      0-2-5    3-4       3-4       3-4        10         30         33,3%

    Par ordre de résultat, on a :

    6-1  Okamoto
    5-2  Hoshitango / Kirinofuji
    9-6  Jûmonji
    4-3  Waka-arashi / Hakuba / Kirinobori
          (donc :  7 personnes à réaliser le kachi-koshi)
    3-4  Ryûhô / Yamaryû / Tosa / Shirasawa / Narahashi / Sakurajima / Suenaga / Tochitani
    2-3-(2 abs.)  Akinosato
    1-6  Narui / Kijima
    1-3-(11 abs.)  Toyozakura
    Absents          Shikishima  /  Kirinishiki
    Démission      Ube (Ikkyû)
     
     

    Dernières nouvelles février 2001

    (au 26 février)

       Dans le nouveau banzuke paru ce matin, le classement des lutteurs de la heya se présente comme suit :

    Maku-uchi   13-o     Jûmonji

    Jûryô       11-o     Toyozakura

    Makushita    3-o     Shikishima
    Makushita   13-o     Hoshitango
    Makushita   26-o     Ryuhô

    Sandanme    36-e     Akinosato
    Sandanme    68-o     Hakuba
    Sandanme    77-o     Okamoto
    Sandanme    90-e     Kirinofuji (ex-Fujimoto)
    Sandanme    95-o     Waka-arashi
    Sandanme    96-o     Yamaryû

    Jonidan     19-o     Tosa
    Jonidan     46-e     Shirasawa
    Jonidan     65-e     Narahashi
    Jonidan     70-o     Ikkyû       (ex-Ube)
    Jonidan     84-o     Narui
    Jonidan     99-e     Kirinishiki
    Jonidan    118-e     Sakurajima

    Jo-no-kuchi  4-o     Kirinobori
    Jo-no-kuchi  5-o     Suenaga
    Jo-no-kuchi 19-o     Kijima
    Jo-no-kuchi 20-e     Tochitani
    Jo-no-kuchi 21-o     Harada

       Quelques bonnes nouvelles :  le retour en maku-uchi de Jûmonji;  la promotion fulgurante de Hakuba et d'Okamoto en sandanme;  la montée de Shirasawa, d'Ikkyû, de Narui.
       Parmi les tristes nouvelles, la rétrogadation de Shikishima...

    *         *        *

    Réminiscences
       Ce mois de février reste une période riche en événements commémoratifs pour la Michinoku-beya.  Rappelons qu'il marque le troisième anniversaire de l'ouverture de la heya (15 février 1998), possédant à l'époque en tout et pour tout trois rikishi (Hoshitango, Hoshiandesu et Kirinobori - ce dernier encore connu sous son shikona de Rikitô) auxquels s'ajoutent cinq nouveaux arrivants qui feront leurs premiers pas sur le dohyô en mars 98 (Ueyama, Nomura, Kikuchi, Shimosako - actuel Sakurajima - et Narahashi).  Actuellement, il ne reste plus que quatre parmi ces huit premiers, mais la heya s'est considérablement agrandie et développée.

       Février marque aussi un autre anniversaire :  le quatrième anniversaire de la danpatsu-shikidu oyakatalui-même, qui a eu lieu le 1er février 1997 -- quatre ans déjà ? quatre ans seulement ?  Tout un univers sépare ces quatre années.

       Et bientôt... le mois de mars, qui lui marquera un autre anniversaire douloureux, le cinquième (!) anniversaire du départ de Kirishima, ce soir du 24 mars 1996, au dernier jour du basho d'Osaka, où il fait part de sa décision de se retirer après vingt-et-un ans d'activité, à dix jours de son trente-septième anniversaire.  Une déclaration qui sème l'émotion parmi les nombreux supporters et admirateurs.

    *         *        *

    (au 1er février)

       La cérémonie de coupe des cheveux (danpatsu-shiki) de Hoshiandesu aura lieu le dimanche 4 février dans le Kokugikan, à Tôkyô.  La réception qui suivra la cérémonie aura lieu, elle aussi, au même endroit.
     
     

    News janvier 2001

    (au 21 janvier)

       Les résultats obtenus par les lutteurs de la heya, durant le basho de janvier qui vient de se terminer, peuvent se résumer comme ci-dessous.  Le fait le plus mémorable reste bien entendu le Grand Prix de jonidan remporté par Hakuba avec un score exceptionnel de 7 victoires (sans aucune défaite).  En dehors de cette prouesse, quatre autres (Okamoto, Shirasawa, Ikkyû et Narui) ont remporté un résultats fort honorable de 5-2.  En ce qui concerne les mauvais résultats, il s'agit de ne pas perdre à l'esprit qu'une grande partie d'entre eux est blessé (plus ou moins sévèrement) avant de se faire une opinion.

             Saison de Saison de Saison de  Total cumulé jusqu'en janvier 2001
      NOM    septembre novembre   janvier Nombre total  Nombre de  Taux de gain
               2000      2000      2001    de gains(G) présences(P)   (G/P)

    Jûmonji     9-6      5-10      8-7        225        400         56,3%
    Shikishima  8-7      7-8      0-2-13      417        835         49,9%
    Toyozakura  5-2      8-7       5-10       287        536         53,5%
    Hoshitango  6-1      3-4       3-4        369        703         53,9%
    Ryûhô       5-2      4-3       3-4        165        310         53,3%
    Akinosato   5-2      3-4      2-2-3       124        207         59,9%
    Kirinofuji  6-1      5-2       2-5         40         69         58,0%
    Waka-arashi 3-4      4-3       2-5         43         77         55,8%
    Yamaryû     4-3      4-3       2-5         89        196         45,4%
    Tosa        2-5      6-1       3-4         42         77         54,5%
    Okamoto     3-4      5-2       5-2         44         77         57,1%
    Narahashi   3-4      5-2       3-4         58        123         47,2%
    Hakuba      1-1-5    abs.      7-0         22         30         73,3%
    Kirinishiki 5-2      3-4       3-4         47         98         48,0%
    Shirasawa   4-3      4-3       5-2         39         73         53,4%
    Sakurajima  4-3      5-2      1-3-3        41        100         41,0%
    Kirinobori  1-6      4-3       2-5         64        147         43,5%
    Suenaga     2-5      4-3       2-5        30         77         39,0%
    Ikkyû       4-3      2-5       5-2         40         77         51,9%
    Narui       4-3      4-3       5-2         36         77         46,8%
    Kijima      1-6      2-5       3-4         24         84         28,6%
    Tochitani   2-5      3-4       3-4         13         45         28,9%
    Harada      0-2-5    3-4       3-4          7         16         30,4%
     

    News décembre 2000

    (au 20 décembre)
       Sur le nouveau banzuke publié ce matin, les douze lutteurs de la Michinoku-beya, dont les noms suivent, atteignent leur rang maximal jamais occupé :

    Toyozakura
    Ryûhô
    Kirinofuji   (ex-Fujimoto)
    Yamaryû
    Tosa
    Okamoto
    Narahashi
    Shirasawa
    Sakurajima
    Kirinobori
    Suenaga
    Harada
       C'est une nouvelle réjouissante en soi.  Toutefois, il convient de garder à l'esprit qu'une montée dans le banzuke suppose fatalement que les intéressés auront à confronter des adversaires plus forts.

       Selon ce même banzuke, la liste des membres de la Michinoku-beya s'établit comme suit :

    Jûryô        3-e     Jûmonji
    Jûryô        5-o     Shikishima
    Jûryô        7-o     Toyozakura

    Makushita    7-e     Hoshitango
    Makushita   16-o     Ryuhô

    Sandanme    15-o     Akinosato
    Sandanme    64-o     Kirinofuji (ex-Fujimoto)
    Sandanme    67-e     Waka-arashi
    Sandanme    69-o     Yamaryû

    Jonidan      4-e     Tosa
    Jonidan     12-e     Okamoto
    Jonidan     51-e     Narahashi
    Jonidan     72-e     Hakuba
    Jonidan     83-o     Kirinishiki
    Jonidan     86-o     Shirasawa
    Jonidan     88-o     Sakurajima
    Jonidan    106-o     Kirinobori
    Jonidan    109-o     Suenaga
    Jonidan    117-o     Ikkyû       (ex-Ube)

    Jo-no-kuchi  4-o     Narui
    Jo-no-kuchi 23-e     Kijima
    Jo-no-kuchi 23-o     Tochitani
    Jo-no-kuchi 25-o     Harada

       Triste nouvelle : Jûmonji redescend en jûryô, à la suite du score négatif de 5-10 en novembre.  Shikishima, de son côté, perd 1,5 échelons pour un score de 7-8.  En revanche, Toyozakura gagne 2 échelons pour 8-7.
       Chez les makushita, les montées et descentes sont "amplifiées" en raison du nombre plus élevé de lutteurs de ce grade : Hoshitango perd 6,5 échelons pour 3-4, alors que Ryûhô gagne 5,5 échelons pour 4-3.
       Akinosato est le grand perdant de ce jeu de nombre, car il est rétrogradé du premier au quinzième dans le grade de sandanme, pour un seul make-koshi (3-4).
       L'autre gros perdant est Kirinishiki, qui passe du jonidan 55 à 83, toujours pour un seul make-koshi (3-4) !

       Ce sont là des injustices flagrantes, qui mériteraient d'être examinées en profondeur.

       Autre nouvelle (rappel) :  Une nouvelle édition est prévue pour la version française des Mémoires de Kirishima (parue chez Picquier en 1998 sous le titre Mémoires d'un lutteur de sumô), épuisée depuis plusieurs mois, dans l'édition de poche chez le même éditeur.  Celle-ci est programmée pour janvier 2001.
     
     

    News novembre 2000

    (au 20 novembre)
       Les résultats obtenus par les lutteurs de la heya peuvent se résumer comme suit :

    Nom dans     Saison de  Saison de   Total cumulé jusqu'en novembre 2000
    l'ordre du   septembre  novembre  Nombre total  Nombre de   Taux de gain
    banzuke                           de gains(G)  présences(P)   (G/P)

    Jûmonji        9-6       5-10          225         400         56,3%
    Shikishima     8-7       7-8           417         833         50,1%
    Toyozakura     5-2       8-7           282         521         54,1%
    Hoshitango     6-1       3-4           366         685         53,4%
    Ryûhô          5-2       4-3           162         303         53,5%
    Akinosato      5-2       3-4           122         203         60,1%
    Waka-arashi    3-4       4-3            41          70         58,6%
    Yamaryû        4-3       4-3            87         189         46,0%
    Fujimoto       6-1       5-2            38          62         61,2%
    Okamoto        3-4       5-2            39          70         55,7%
    Kirinishiki    5-2       3-4            44          91         48,4%
    Hakuba        1-1-5     abs.            15          23         65,2%
    Tosa           2-5       6-1            39          70         55,7%
    Ube            4-3       2-5            35          70         50,0%
    Narahashi      3-4       5-2            55        116         47,4%
    Shirasawa      4-3       4-3            34          66         51,5%
    Narui          4-3       4-3            31          70         44,3%
    Sakurajima     4-3       5-2            40          96         41,7%
    Kirinobori     1-6       4-3            62         140         44,3%
    Suenaga        2-5       4-3            28          70         40,0%
    Kijima         1-6       2-5            23          84         27,4%
    Tochitani      2-5       3-4            10          38         26,3%
    Harada         0-2-5     3-4             4          16         25,0%
     
     

    News octobre 2000

    (au 23 octobre)
       A la parution du nouveau banzuke, la fusion de la Tatsutagawa se concrétise sur le papier.  Ceci donne le résultat qui suit, en chambourlourant totalement le classement de la heya :

    Maku-uchi
    12 - Jûmonji

    Jûryô
    4 - Shikishima
    9 - Toyozakura

    Makushita
    1   - Hoshitango
    21 - Ryûhô

    Sandanme
    1  -  Akinosato
    86 - Waka-arashi
    88 - Yamaryû
    98 - Fujimoto

    Jonidan
    52  - Okamoto
    55  - Kirinishiki
    72  - Hakuba (ex. Unuru)
    73  - Tosa
    85  - Ube
    92  - Narahashi
    113 - Shirasawa
    119 - Narui

    Jonokuchi
    3  - Sakurajima (ex. Shimosako)
    9  - Kirinobori
    12 - Suenaga
    20 - Kijima
    30 - Tochitani
    36 - Harada
     

       Autre nouvelle :  Une nouvelle édition est prévue pour la version française des Mémoires de Kirishima (parue chez Picquier en 1998 sous le titre Mémoires d'un lutteur de sumô), épuisée depuis plusieurs mois, dans l'édition de poche chez le même éditeur.  Celle-ci est programmée pour janvier prochain.
     
     

    Hoshitango en septembre 2000

    (ancien texte de présentation en septembre 2000)

    A  la tête de la heya, il continue de souffrir avec son genou et son coude. Bel optimiste qui ne se laisse pas abattre pour autant, il affirme sur un ton insouciant : "Mais ce n'est rien, ça passera!" De toutes façons, il sait bien qu'il n'y a qu'une chose qui importe dans le sumô : faire de son mieux. Ce n'est que la capacité qui compte. On est classé pour ce que l'on vaut, il n'y a pas de mystère. Son ancienneté fait qu'il en a connu bien d'autres, et ce ne sont pas quelques défaites qui risquent d'avoir raison de sa bonne humeur qui respire un brin d'ambiance latine ou sud-américaine (à ne pas lui dire en face, car il ne supporte pas d'être appelé un "gaijin" (un non-Japonais) et à l'entendre "il n'y a que les traits de son visage qui ne soient pas japonais"…).  On le dit doué pour la musique et pour le chant et en particulier dans le karaoke.
       Les défaites en chaîne qu'il vient d'essuyer au basho de Nagoya sont évidemment dures pour lui, comme on peut s'y attendre, car elle fait perdre son rang de titulaire, mais il semble déterminé à en surmonter l'humiliation en se rendant visiblement compte que de tels revers appartiennent à la réalité du sumô et que bien d'autres autour de lui et avant lui ont connu ce genre d'épreuves.  Il est certain qu'il traverse actuellement une situation difficile.
     
     

    News juillet-août 2000


    Quelles sont les nouvelles à la fin de ce mois de juillet ?

    Le basho de Nagoya se révèle être l’un des plus désastreux qu’ait connu la heya si on commence par les résultats les plus négatifs.  On ne peut s’empêcher de remarquer en tout premier lieu le score catastrophique de Hoshitango : quinze défaites qui s’allignent les unes après les autres, sans la moindre victoire.  C’est à la fois impressionnant et inexplicable.  A quoi est-ce dû ?  Pas d’explication possible ; la cause semble belle et bien attribuable à des phénomènes purement psychologiques, un manque de conviction, une crise d’identité...  A mesure que se sont accumulées les pertes, il se révélait de plus en plus désemparé vis-à-vis de l’adversaire, se laissant expulser du dohyô sans offrir la moindre résistance.  La répétition des échecs est évidemment un facteur de déprime en tant que tel, mais à le voir à la fin de ce basho éprouvant, il semble être prêt à tracer un trait sur ses déboires qui vont se traduire pour lui par une chute impitoyable dans le maku-shita (lui faisant perdre hélas son grade de titulaire) et prendre un nouveau départ.  Son expérience dans ce milieu lui montre clairement qu’il n’est nullement le premier à subir ce genre d’humiliation et qu’après tout de tels revirements du sort font partie des aléas du sumô.  Les plus illustres des lutteurs ont connu et connaissent l’amertume d’être touchés dans leur amour-propre, et en ce sens le sumô devrait bien tenir lieu d’école d’humilité.
    Comme autres résultats négatifs, on peut aussi remarquer quatre absences totales et deux absences partielles.
    On constate que seulement six parmi les 14 présents jusqu’au bout ont remporté le kachikoshi, ce qui n’est pas très brillant.  Toutefois, il convient de signaler que deux d’entre eux n’en étaient pas loin : en particulier, Ube qui a endossé à tort une perte à la place d’une victoire dans un combat acrobatique d’où il est sorti avec un froissement du muscle de la cuisse qui lui vaudra un mois d’immobilisation.  Son pseudo-score de 3-4 serait donc à rectifier en réalité en 4-3.  Mais ceci fait également partie des injustices de ce monde, et ne manquerait pas de nous rappeler ce qui est arrivé si souvent à l’oyakata lui-même dans sa période d’activité.  La même constatation serait valable également (? bien que de façon moins évidente) pour Tochitani, qui a lui aussi subi une perte indue dans un combat très serré où, si l’on regarde bien, l’adversaire avait perdu l’équilibre une fraction de temps avant lui, et où au pire il aurait fallu s’attendre à une reprise pour match nul.  Le jury a sans doute été distrait au moment critique.

    Comme autre nouvelle pour ce mois d’août, on peut signaler que la heya est actuellement hébergée royalement dans la petite ville de Maruoka (dans la région de Fukui, donnant du côté de la Mer du Japon) jusqu’à la mi-août, où l’on met à leur disposition une vaste construction de style traditionnel bordée d’un splendide jardin japonais paysagé avec étang et rochers.  Le tout avec une vue sur l’ancien château de Maruoka.  Un dohyô, couvert d’une énorme tente blanche, a été construit tout spécialement à leur intention sur une place publique.  Leur arrivée, qui semble avoir mis la petite ville en effervescence, est en rapport avec la création d’un nouveau groupe de supporters dans la région.  Les keiko du matin, donnés en public sur la place sous une chaleur toride, attirent un public varié et coloré, des classes entières d’enfants en bas âge jusqu’au vieillards impotents dans leur chaise roulante assistés par leurs infirmères, et bien sûr un grand nombre de badauts.  Certains affirment qu’ils ont de la peine à croire que Kirishima en personne vienne se déplacer jusque chez eux, que cela leur semble « comme un rêve ».  On peut donc estimer que la petite ville leur a réservé un accueil royal, ce qui est réjouissant par bien des aspects.  Toutefois, on pourrait malgré tout s’inquiéter quelque peu sur les effets psychologiques néfastes que risquerait d’avoir un tel engouement de la foule sur l’esprit encore imature de certains jeunes qui ont encore tout à apprendre ; ne pourrait-il pas leur donner l’illusion d’une notoriété qu’ils n’ont pas encore atteinte et de les inciter à se reposer sur leurs lauriers alors qu’ils ont encore tant d’efforts ingrats à fournir ?  Les extrêmes qui coexistent dans ce monde sont hélas inévitables et dangeureuses…
     
     

    News Mai 2000


    A la fin de ce basho de mai, les résultats ne sont pas aussi bons qu'on aurait pu le souhaiter mais, après tout, il n'y a pas de véritable surprise car certains jeunes se sont retrouvés dans un classement un peu supérieur à leur valeur réelle, ce qui les a fait affronter des adversaires beaucoup plus expérimentés qu'eux et surtout beaucoup plus lourds.  On peut estimer que ceci est la rançon à payer pour une promotion trop importante.  Et à ce propos on peut penser surtout à Nomura et à Shimosako - qui ont eu par ailleurs l'infortune de se blesser sérieusement par dessus le marché.
    Tout va bien pour Hoshitango : il se maintient en atteignant le kachi-koshi de justesse, le dernier jour.
    Un gros regret pourtant :  Hoshiandesu, une fois de plus, n'a pas réussi à remporter le kachi-koshi indispensable qui lui aurait permis de réintégrer son rang de sekitori (ou au moins de s'en rapprocher), ce rang qu'il avait perdu voici déjà plusieurs années.  Et, à la place, il va connaître un nouveau recul, si près du but...
    C'est bien dommage !  Le moins qu'on puisse dire est de reconnaître que la chance n'est pas de son côté...
    Une surprise : Tochitani, qui remporte trois victoires pour la première fois de sa vie ...  A-t-il enfin décidé de s'y mettre après une année entière de blocage ?
    Souhaitons-le.
    Il ne serait pas juste de ne pas remarquer le bon résultat de Shirasawa  -- de  5-2 -- qui n'a donc subi que deux défaites sur ses sept combats.  Mais ceci n'est pas surprenant du tout et on serait tenté d'attendre même davantage de sa part.
    Il serait bon aussi de se rappeler d'Unuru, absent de cette liste (mais qui a fait ses débuts à la Michinoku-beya il y a déjà un an et demi maintenant et se trouve intégré à la Tatsutagawa-beya), qui a pris le nom de Hakuba et qui réussit, lui aussi, un score de 5-2.
    A part cela, on constate que Waka-arashi et Tosa continuent sur leur lancée à la tête des jeunes... bravo pour tant de régularité !  Ube et Kiri-nishiki progressent également et il en va de même pour Narahashi, mais c'est ce qu'ils méritent bien tous les trois !
    Kijima, malheureusement, n'a pas réussi à  faire passer son opiniâtreté pour compenser son désavantage physique (une seule victoire contre six défaites).
    Quant aux deux nouveaux venus, Kobayashi et Yamaji, ils se retrouvent blessés tous les deux, le dernier avant le début du basho et le premier à son quatrième combat...
    Enfin, quant à Ueyama, ses nerfs ont fini par craquer sous la tension : il a quitté la heya définitivement.  Espérons que cette expérience inouïe de deux ans dans le sumô lui sera utile pour affronter l'avenir sous un aspect nouveau.

    Encore un nouveau à signaler, qui vient d'entrer ce mois-ci :  Harada, 17 ans, 1,73 m et 85 kg.  Souhaitons-lui la bienvenue et bonne chance !
    Il reste à attendre maintenant la parution du nouveau banzuke (tableau de classement), prévu pour le 24 juin, pour voir comment ces résultats vont se répercuter sur le classement de ce petit monde... mais avant tout souhaitons-leur surtout une bonne récupération de leur blessures pour être en mesure d'affronter dans les meilleurs conditions le basho suivant (qui commence dès le 9 juillet prochain!).
     
     

     News avril 2000


    Sur le nouveau tableau de classement, la plupart des jeunes figurent maintenant au second échelon, et un au troisième… belle promotion pour certains et on ne peut qu’espérer une chose : que cela les stimule !
     

    Les "jeunes"

    Le peloton de tête  -  Waka-arashi, Fujimoto, Okamoto, Tosa :

    Les quatre meilleurs de la jeune génération, qui ont gravi rapidement les échelons : des garçons solides qui possèdent tous plusieurs avantages conjugués qui jouent en leur faveur et qui leur permettent de se démarquer nettement des autres. Ils ont tous quatre un certain poids (de plus de 100 kg, qui s'il ne les avantage pas nettement, ne les désavantage pas non plus), allié à une technique sportive confirmée et jouissent d'un certain "sang-froid" qui leur permet de dépasser certaines situations. Evidemment, leur âpreté à l'entraînement est irréprochable.
     

    Les dix suivants :

    Des gens qui ont au moins un point faible par rapport à la moyenne, mais qui ne le cèdent en général en rien pour le reste. Les plus défavorisés de cette liste et, en même temps, ceux qui méritent une mention à part sont sans doute Ube et Kijima, car ici c'est leur poids insuffisant, nettement inférieur à la moyenne, qui
    constitue leur unique handicap.
    Parmi eux, se trouvent des gens solides qui ont tout l'avenir devant eux : Kirinishiki, Narahashi et Shirasawa. Ils ont tout ce qu'il faut pour réussir dans le sumô.
    Enfin, ceux qui subissent les aléas des victoires et défaites : Kirinobori, Nomura, Shimosako, Ueyama et Narui. Il semble difficile de comprendre où se situent les handicaps qui les font piétiner.  Simple insuffisance de détermination (pour les trois premiers) ou de sang-froid (pour les deux autres) ?
     

    Les deux derniers de la liste : Niibo et Tochitani

    De physique grassouillet à leur admission, ils semblaient tous deux de caractère conforme à leur aspect ce qui les a placés pour ainsi dire "à la queue" du groupe.
    Toutefois, un revirement assez sensationnel se fait remarquer chez eux ces derniers temps...
     

    Deux absents : Kikuchi et Kiri-suzuki

    Ils ont rendu les armes - le sumô a eu raison de leur ténacité, et ceci est vrai en particulier pour Kikuchi qui a tenu plus de deux ans malgré le handicap de son poids qui n'augmentait pas (il est resté à moins de 70 kg malgré tous ses efforts et un entraînement acharné).

    Deux nouveaux venus, qui ont fait leur première "montée sur le dohyô" en mars dernier

    Yamaji Yasutaka (19 ans) et Kobayashi Daisuke (16 ans) : leur premier essai ne s'est pas révélé aussi convaincant qu'ils l'auraient souhaité. De gros timides tous les deux, ils se sont laissés avoir par le cérémoniel des épreuves, ont perdu leur sang froid et ont essuyé plusieurs défaites. Il ont goûté à l'amertume de la défaite, mais ils ont encore tout à apprendre…
     

    La heya se dote d'un nouveau manager

    Depuis janvier, un nouveau manager, une sorte de secrétaire personnellement attaché à l'oyakata, est venu s'installer dans la heya : un professionnel expérimenté nommé Kitahara Toshifumi, affecté exclusivement aux relations extérieures.  Ceci permet de soulager Tamura de ses obligations en lui laissant tout le loisir de se consacrer à la direction des jeunes, ce qui est plus proche de sa vocation.
    Actuellement, c'est lui qu'on voit suivre le Maître "comme son ombre".
     
     




    Archives      2004-2006          2007-2008


         Retour à la page d'accueil